Logo

Le nouveau maître du thermalisme

15 novembre 2016 | Edition N°1871

Yverdon-les-Bains – Homme fort du complexe thermal présenté récemment, Nello Russo est au bénéfice d’un riche parcours professionnel.

Domicilié dans le pays de Gex, Nello Russo arrive dans la Cité thermale en provenance du Grand Hôtel des Bains de... Saint-Moritz. ©Gabriel Lado

Domicilié dans le pays de Gex, Nello Russo arrive dans la Cité thermale en provenance du Grand Hôtel des Bains de… Saint-Moritz.

En Italien qui se respecte, Nello Russo adore le football. Mais pas n’importe lequel, le transalpin, pour sa dimension tactique exacerbée. Cette stratégie, gage de succès probants et parfois un brin inattendus pour la Squadra Azzurra, il compte justement l’adopter avec son équipe du complexe thermal yverdonnois, qu’il dirige depuis le début du mois d’octobre. Selon ce natif du sud de la Péninsule, une approche par touches successives et par secteur permettra de donner un second souffle à ce pilier du patrimoine nord-vaudois.

L’évolution ne passera pas par une baisse d’effectif, promet le nouveau directeur du Grand Hôtel et Centre thermal d’Yverdon-les- Bains. «Nous allons travailler avec les collaborateurs en place (ndlr : il y en a environ 200 au total). Deux postes ont même été créés en cuisine et deux au service, afin de rehausser la qualité », explique celui dont le parcours le dote de toutes les cartes pour relever le défi proposé par le groupe Boas.

La restauration, sur laquelle il va se pencher dans un premier temps (lire encadré), coule dans les veines de sa famille depuis trois générations. L’établissement de ses parents réalisait 600 à 800 couverts par jour dans les années 1970-1980, sous le soleil de Sorrento, près de la côte amalfitaine.

Nello Russo est reconnaissant d’avoir pu accéder à l’hôtellerie par ce biais, garant de compétences en gestion cruciales.

Abonné aux cinq étoiles

Son diplôme de l’École hôtelière de Lausanne en poche en 1996, à l’âge de 28 ans, le globetrotteur poursuit son périple international à Paris et Londres, sous l’égide du groupe Hyatt. Sa tournée des cinq étoiles l’amène à Saint-Jean-Cap-Ferrat, de 2001 à 2004, puis dans un Hilton du sud de l’Italie, où il officie en tant que directeur opérationnel. L’appel du large réduit ce retour aux sources à une période de trois ans. Cap sur Le Caire et Bahreïn, pour ouvrir deux établissements pharaoniques. Le Moyen-Orient, enrichissant d’un point de vue culturel, n’a pas empêché un retour en Occident.

«Mon épouse et moi, nous voulions que nos trois enfants grandissent en Europe, avec nos valeurs », explique Nello Russo.

Son engagement comme directeur hôtelier de Genolier, qui réunit de nombreuses cliniques privées, lui ouvre les portes du domaine médical, complétant avantageusement son profil dans l’optique de son futur challenge nord-vaudois.

Directeur du Grand Hôtel et du Centre thermal, Nello Russo est, de plus, responsable du centre médical, fort de deux médecins et d’une vingtaine de physiothérapeutes. «Il y a une histoire à raconter ici. Les bâtiments et le cadre sont magnifiques, sans pareil dans la région», signale le maître des lieux, bien décidé à ne pas rester sur la touche.

Regagner une clientèle locale, s’attirer les faveurs des familles et du monde des affaires

Le chef Hansel Sheldon Fonseca a quitté son poste aux Séchelles pour Yverdon-les-Bains. ©Gabriel Lado

Le chef Hansel Sheldon Fonseca a quitté son poste aux Séchelles pour Yverdon-les-Bains.

Nello Russo s’est, dans l’immédiat, fixé une priorité : redonner l’envie aux gens du coin de venir manger dans le complexe thermal yverdonnois, en proposant une carte du terroir, renouvelée tous les quatre mois, à des prix abordables. Il compte, pour ce faire, sur le nouveau chef exécutif Hansel Sheldon Fonseca, qu’il connaît depuis leur passage commun chez Kempinski. Au bénéfice d’une solide carrière internationale, cet Anglais d’origine indienne a fait ses débuts au service du chef Gordon Ramsay. Il a travaillé à Vevey, ce qui lui donne l’avantage de connaître les fournisseurs locaux. Sous son impulsion, la carte du restaurant rebaptisé La Rotonde, a déjà été entièrement remaniée et une formule de repas y sera proposée à midi d’ici dix jours. «Le buffet du petit-déjeuner a aussi été repensé, avec des produits plus nobles», ajoute Nello Russo. La refonte des chambres, avec des couleurs chaleureuses, est aussi programmée. Le nouveau directeur espère séduire, en semaine, une clientèle d’affaires, également en provenance d’outre- Sarine. «Il faudra remonter le prix moyen des chambres, afin d’attirer des hôtes dont le pouvoir d’achat permettra de manger dans notre restaurant ou de profiter de notre espace beauté», signale le directeur. Les bains seront, quant à eux, le fief des familles. Les enfants de moins de quatre ans y seront acceptés d’ici deux semaines et une nouvelle animation ludique sera à découvrir en juin.

Enregistrer

Ludovic Pillonel