Logo

Le pari de miser sur des acteurs locaux

2 octobre 2019 | Edition N°2593

Sainte-croix -  Cet après-midi, 190 personnes se réuniront pour la première édition du Forum de l’économie du Nord vaudois. Pourtant, rien ne laissait présager une telle affluence.

L’annonce avait fait grand bruit en fin d’année dernière: le Forum romand de l’économie (Forom) allait mettre les voiles pour Lausanne. Fondé sur la base du Forum économique du Nord vaudois, il a vécu sa treizième et dernière édition à Yverdon-les-Bains, en 2018. Mais pas question d’en rester là, selon l’Association pour le développement du Nord vaudois (ADNV) qui a fortement participé à son organisation.

Elle a donc décidé de relancer un projet similaire, mais tourné davantage vers des acteurs locaux. «Après le Forom 2018, on a créé un comité avec une dizaine de membres et une association dans le but de fédérer les différents milieux économiques régionaux», explique Malika Bron. La responsable en communication et administration à l’ADNV œuvre dans l’ombre depuis un an pour lancer cette nouvelle rencontre qui a lieu aujourd’hui, dès 14h.

«Prendre de la hauteur»

Les organisateurs savaient qu’ils seraient attendus au tournant. Alors ils ont repensé le concept. Désormais, il s’appelle  Forum de l’économie du Nord vaudois (FENV), il ne dure qu’une demi-journée et il est itinérant.

«Pour la première édition, on a décidé de prendre de la hauteur et d’aller à Sainte-Croix», sourit Malika Bron. Le lieu n’a pas été choisi au hasard. D’une part, le centre sportif des Champs-de-la-Joux était adapté à la nouvelle formule, qui requiert un coin pour la partie conférences et un autre pour le réseautage et les stands.

D’autre part, il rend hommage à celui qui a donné l’idée du thème «l’agroalimentaire à l’heure du drone»: Franklin Thévenaz, syndic sainte-crix sortant. «C’est un sujet qui lui tenait à cœur car c’est un défi local, suisse et mondial. Il touche la technologie et les jeunes producteurs», poursuit Malika Bron. Qui ajoute: «C’était un challenge car on sait d’expérience que ce n’est pas facile de faire monter les gens. Au final, cela n’a pas été une barrière puisqu’on a 190 inscriptions sur les 200 visées.»

Toutefois, les organisateurs avaient quelques craintes au départ. «Il y a une dizaine de forums économiques dans le canton, dont trois cette semaine, il fallait donc qu’on se positionne», confie-t-elle. Le pari de miser sur la proximité semble être un bon filon. Est-ce dû à la curiosité pour ce galop d’essai? «Je crois qu’on a un public fidèle et qu’il y a une identité régionale forte. Les gens sont contents d’avoir quelque chose de plus régional car le Forom était devenu trop général.» En 2020, le FENV devrait se dérouler à Yvonand.

Christelle Maillard