Logo

Le pirate noir ressuscité par 35 musiciens

12 octobre 2018 | Edition N°2351

Yverdon-les-Bains – A l’occasion du & Patati Festival, l’orchestre de la ville présentera, ce soir et demain au Théâtre Benno Besson, un film muet américain de 1926 sur lequel il jouera la musique d’accompagnement. Une première suisse.

L’Orchestre d’Yverdon-les-Bains, dirigé par Christian Delafontaine, a invité des souffleurs de la région pour interpréter la musique de fond d’un film muet historique. © Carole Alkabes

«Vous n’avez pas besoin de faire pipi? Parce qu’une fois qu’on a commencé, ce ne sera plus possible, avertit Christian Delafontaine, directeur de l’Orchestre d’Yverdon-les-Bains. Alors c’est parti.» A ces mots, le silence envahit la salle du Conservatoire de musique du Nord vaudois, mercredi soir. Un film démarre sur l’ordinateur du chef d’orchestre et, tout à coup, 35 musiciens s’activent sur un air dramatique. Ils sont partis pour répéter un concert d’environ 1h20 qu’ils joueront pour la première fois ce soir et demain à l’occasion du & Patati Festival (lire encadré). Instruments à cordes et souffleurs vibreront à l’unisson pour accompagner le film muet Le pirate noir d’Albert Parker. Ce premier long-métrage, entièrement tourné en technicolor à trois composants – un procédé à mi-chemin entre la couleur et le noir et blanc –,  sera projeté en avant-première suisse au Théâtre Benno Besson, à Yverdon-les-Bains.

«L’idée: c’est la rencontre entre le compositeur Julien Gauthier qui a créé la musique, le film, qui est une œuvre originale de 1926 et un orchestre qui a pour vocation de sortir des sentiers battus pour se lancer dans des projets un peu plus fous, explique Christian Delafontaine, qui a déjà fait jouer son orchestre sur des séquences de films, mais jamais sur un long-métrage entier. Ce sera une performance pour tout le monde.» 

Du son rythmé pour les bagarres, des morceaux mélodieux pour illustrer la romance, des coups de tambour pour les scènes de suspense: c’est un éventail d’émotions à faire passer en musique. Selon le directeur, ce n’est pas tant la technique qui sera un challenge, mais plutôt la synchronisation entre les notes et les images du film. La partition étant calibrée à la minute près sur les séquences, Christian Delafontaine doit veiller à coordonner le tout correctement. «Ce que je n’arrête pas de répéter à mon équipe, c’est de me regarder!, ajoute l’Yverdonnois. C’est là qu’on va voir l’intérêt d’avoir un directeur d’orchestre.» 

____________________________________________________________________

Sept institutions au programme

Le & Patati Festival se veut être un rendez-vous convivial pour faire sortir les familles et leur faire découvrir différents arts. Pour la troisième édition de la manifestation, ce n’est pas moins de huit institutions yverdonnoises qui ont concocté des activités du 13 au 17 octobre. En marge du film Le pirate noir, des atelier de bruitage seront organisés au Théâtre Benno Besson, demain après-midi. Quant à Shakespeare, il sera notamment  mis à l’honneur, demain, à L’Echandole avec Baby Macbeth pour les tout-petits. Enfants et parents pourront recréer le pont en bois de Léonard de Vinci  au Centre d’art contemporain d’Yverdon-les-Bains, samedi et mercredi prochain. La Bibliothèque publique et scolaire de la ville a mis sur pied des ateliers de théâtre, lundi. Les jeunes pourront aussi confectionner des costumes de héros à la Maison d’Ailleurs, mardi. Autre exemple: le Musée d’Yverdon et région invitera au voyage en Egypte.

 

Détails sur: www.etpatatifestival.ch

Christelle Maillard