Logo

Le repos du champion

6 janvier 2017 | Edition N°1907

Motocross – Titré sur le circuit suisse en MX2, Kevin Auberson a décidé d’arrêter au sommet. Le pilote et mécanicien d’Epautheyres a besoin de se ressourcer.

©Jey Crunch

©Jey Crunch

Depuis le Supercross de Genève, Kevin Auberson n’a plus roulé. Le champion de Suisse MX2 a annoncé sa retraite sportive. «Mais je n’ai toujours pas plus de temps, se marre le pilote d’Epautheyres, qui, par ailleurs, travaille à 100% depuis une année. Là, j’ai besoin d’une pause, de me ressourcer.»

A 28 ans -il les a fêtés juste avant la nouvelle année-, le régional profite de passer quelques semaines tranquilles, sans devoir aller se préparer plus au sud. Il quitte le haut niveau national au sommet, le sentiment du devoir accompli. Il reprendra «gentiment» le guidon en février. Le passionné roulera toujours, mais ce sera avec les copains et pour son plaisir, dans les manches du championnat Angora et lorsque le circuit national fera escale pas trop loin du domicile familial.

«Cela me permettra de m’aligner quelques fois avec le numéro 1», glisse tout sourire celui qui, surtout, passera bien moins de temps à la préparation de sa machine.

Accomplissement

Car le pilote régional est aussi un mécano accompli. C’est lui qui, pour lui-même et pour son frère Killian, a toujours préparé le matériel avant chaque épreuve, durant ses soirées. «Peu de gens se rendent compte de l’investissement que cela requiert. La plupart des autres concurrents sont bien aidés dans ces tâches. Moi, je faisais deux métiers, souligne Kevin Auberson. Au final, c’est surtout cela, tout ce qu’il y a à côté des courses, qui me pesait beaucoup. Et, à la fois, c’est ce qui me rend fier et donne plus de valeur à ce que j’ai accompli.»

Dans les faits, la décision de poser le pied, il l’avait prise avant même la dernière manche du championnat, à La Chaux-sur-Cossonay, qu’il remporte le titre ou doive se contenter du 2e rang du général. Mais il a mis du temps à donner la nouvelle. «Ça me fait un peu bizarre de me dire que c’est fait. J’ai d’abord averti les sponsors, dont KTM, qui m’a soutenu depuis tellement d’années, avant de rendre publique ma décision.»

Kevin Auberson est loin de quitter le milieu. Au contraire, il va s’y impliquer en préparant toujours la moto de son talent de frère -celui-ci s’est aussi mis un peu à la mécanique ces dernières années-, ainsi que la sienne, mais sans les mêmes contraintes et exigences pour lui-même. Surtout, il va s’investir auprès de la relève chez KTM. «Cette saison, je vais épauler le Genevois Sébastien Gomes. On verra si, par la suite, cela se développera.» Dans tous les cas, le virage est intéressant.

Top chrono

1993 : Installé sur une petite moto en bord de piste, Kevin Auberson est renversé par un adulte. Craintif après cet accident, il ne va commencer le cross qu’à 10 ans.

2003 : A 14 ans, il devient champion de Suisse en catégorie 85. «Un titre que j’ai dédié à ma grand-mère décédée cette année-là.» 2006 : Rebelote, cette fois chez les juniors. De retour sur la piste après une saison blanche, il remporte les titres nationaux en motocross, en ayant gagné presque toutes les manches au programme, et en supercross.

2007 : Il fait ses débuts sur le circuit adultes. Durant les saisons suivantes, il est souvent bien classé, mais il ne parvient jamais à s’imposer. «C’était quelque chose d’assez difficile à vivre», reconnaît-il.

2010 : Il passe en catégorie Open, où il s’adapte difficilement à la moto.

2014 : Retour en MX2, où il se sent plus à l’aise, mais se blesse. Il remporte tout de même une manche, en tête quand celle-ci est interrompue. Une demi-victoire.

2015 : Il termine 3e du général du championnat suisse.

2016 : La consécration. Il commence la saison par deux succès -sur des manches complètes- à Frauenfeld, après avoir dominé les essais et les qualifications : la course parfaite. «C’était dur à croire, moi qui courais toujours après ces victoires.» Il confirme au rendez-vous suivant, à Combremont, en remportant une manche. Il est, finalement, titré en septembre, lors de la dernière étape à La Chaux-sur-Cossonay. Un sacre obtenu au terme d’un superbe chassé-croisé avec le Zurichois Cyrill Scheiwiller, qui a tenu en haleine tout le monde tout au long de la saison. «Je suis tellement passionné que je vivais ce duel à la fois en tant que pilote et spectateur », lance Kevin Auberson. Début décembre, dans le cadre du Supercross de Genève, il annonce sa retraite.

Enregistrer

Enregistrer

Manuel Gremion