Logo

Le rêve d’Yverdon Sport tourne au cauchemar

5 juin 2015

Football – 1re ligue – Battus 6-1 au Stade Municipal lors du match aller, les hommes de Philippe Demarque n’ont plus grand-chose à espérer des finales de promotion. Plus solides que brillants, les Lucernois de Kriens n’en prendront pas six, demain, au Kleinfeld.

Fisnik Hasanaj semble indiquer la sortie à Edin Becirovic. Au Stade Municipal, Kriens a fait le plus dur. © Nadine Jacquet

Fisnik Hasanaj semble indiquer la sortie à Edin Becirovic. Au Stade Municipal, Kriens a fait le plus dur.

Les deux heures de trajet qui séparent Yverdon de Kriens, dans la banlieue lucernoise, vont paraître très longues aux hommes de Philippe Demarque. Avant-hier, ils ont explosé, s’inclinant 6-1 contre une équipe efficace et très solide, à défaut d’être particulièrement séduisante. Autant dire qu’ils n’ont pas grand-chose à espérer du match retour. Ils devraient s’imposer par six buts d’écart pour atteindre le second tour des finales de promotion.

Le plus dommage, dans l’histoire? Yverdon Sport n’a pas été déclassé, sur la pelouse du Stade Municipal. Les Nord-Vaudois sont entrés sur le terrain de manière conquérante et ils ont eu la possession du ballon pendant une bonne partie de la rencontre. «On ne voulait pas attendre et spéculer sur un nul, révélait Philippe Demarque au coup de sifflet final. On a presque joué en 4-2-4.» En face, Kriens n’a pas paniqué, empêchant les actions d’aboutir en remportant la plupart des duels et sans laisser d’espaces.

Et quand les occasions se sont présentées, sous la forme de balles arrêtées, les Lucernois ont été sans pitié. Il y avait 2-0 à la demi-heure, alors qu’YS avait fait l’essentiel du jeu. Après chacune des deux réussites, les Nord-Vaudois se sont créé une immense opportunité de but, mais tant Nsilu (22e) que Becirovic (30e) n’ont pas été inspirés à la conclusion. A la pause, le SCK était bien payé avec son avantage de deux longueurs. Comme on pouvait s’en douter, ses 86 buts en 26 rencontres de championnat ne tenaient ainsi pas du hasard, mais bien d’une véritable science du réalisme.

C’est le véloce Sorgic qui a tué le match, à la 51e, en remettant un coup sur la tête d’Yverdon trente secondes après la réduction du score, signée Pitronaci. Alors, les locaux se sont désunis, s’énervant, réclamant, se découvrant. Kriens en a profité, plutôt trois fois qu’une. On retiendra le dernier but, une magnifique frappe croisée de 25 mètres en pleine lucarne signée Chris Kablan. Un véritable bijou.

Si YS a joué (et bien, par moments), Kriens a évolué en patron en matières de discipline, de replacement défensif et de transistion. «L’impact physique, entre eux et nous, ce n’est pas pareil, soupirait Philippe Demarque. On a clairement vu qu’entre le championnat de 1re ligue et les finales de promotion, il y a une sacrée différence.» Celle, en l’occurrence, qui sépare le rêve du cauchemar.

 

Yverdon Sport – SC Kriens 1-6 (0-2)

Buts: 17e Bem 0-1; 26e Guto 0-2; 50e Pitronaci 1-2; 51e Sorgic 1-3; 64e Fanger 1-4; 73e Selmani 1-5; 82e Kablan 1-6.

Yverdon: Ummel; Mayila, Mara, Margairaz, Montano; Pitronaci (85e Schertenleib), Momo; Parapar (81e Ferhatovic), Nsilu, Becirovic, Chavarria (61e Isabella). Entraîneur: Philippe Demarque.

Kriens: Osigwe; Walker, Fischer, Hasanaj, Fanger; Kablan, Wiget, Bem (74e Stojanov), Sorgic (76e Gjidoda); Guto (85e Pekas), Selmani. Entraîneur: Marinko Jurendic.

Notes: Stade Municipal, 700 spectateurs. Arbitrage de Fabian Schmid, qui avertit Chavarria (44e, jeu dur), Margairaz (55e, geste antisportif), Momo (60e, antijeu), Guto (79e, jeu dur) et Becirovic (91e, réclamations).

 

Kriens – Yverdon Sport, demain à 17h30 au Kleinfeld.

Philippe Demarque, entraîneur à Yverdon: «Margairaz sera suspendu, tandis que Bühler devrait être de retour. Gagner 6-0 là-bas va être difficile, donc on va déjà essayer de finir en beauté, de manière honorable.»

Lionel Pittet