Logo

Le «sauveur» de Bollini passe le flambeau

25 juin 2018 | Edition N°2274

Baulmes  – Treize ans après avoir remis sur les rails l’entreprise de construction J. Bollini et Cie S.A., Pierre Matthey a annoncé vendredi qu’il remettait la présidence du conseil d’administration. Il laisse sa place à Claude Recordon.

Une seconde page importante s’est tournée pour l’entreprise Jean Bollini et Cie S.A., a annoncé la société vendredi dernier. Une première étape avait marqué l’histoire de la société basée à Baumes et fondée en 1880, lorsque Pierre Matthey avait repris l’héritage de la famille Bollini, il y a treize ans (lire encadré). Grâce à sa longue expérience de banquier au sein d’UBS et de Crédit Suisse, il a réussi à sauver la société de la fermeture. Mais aujourd’hui, il a décidé de quitter sa fonction de président du conseil d’administration pour «laisser la place aux jeunes», confie-t-il.

Pour lui succéder, le conseil d’administration a choisi Claude Recordon, président de l’Association pour le Développement du Nord vaudois et ancien syndic d’Orbe. «C’est un choix judicieux car il a un petit peu les mêmes compétences que moi puisqu’il a aussi commencé dans le milieu bancaire», précise Pierre Matthey.

Claude Recordon. © Carole Alkabes

Claude Recordon. © Carole Alkabes

En effet, l’ancien syndic d’Orbe a une riche formation dans le milieu de la bourse et a notamment repris l’agence d’Orbe de la Banque vaudoise de crédit. «C’est une bonne chose qu’il reprenne la présidence car il connaît extrêmement bien tout le tissu économique de la région», renchérit Sébastien Leimer, directeur de J. Bollini et Cie S.A.

«L’entreprise Bollini est un des fleurons de l’économie régionale et c’est un honneur et un vrai plaisir pour moi de reprendre cette présidence, témoigne Claude Recordon. Mon rôle sera d’accompagner et de soutenir la direction et le personnel en apportant mon expérience dans le management.»

Le nouveau président sera secondé par Frédéric Matthey-Junod, fils de Pierre Matthey et membre du conseil d’administration de Bollini depuis trois ans: «Je suis sociologue de formation, mais ayant un papa actif dans le domaine, je m’y suis formé, explique ce dernier. Mais devenir président du conseil n’est pas au programme pour l’instant.»


Une histoire de hasard

L’arrivée de Pierre Matthey dans l’histoire J. Bollini et Cie S.A. n’avait rien d’une trajectoire préméditée. «La famille Bollini m’a dit un jour qu’elle ne souhaitait plus continuer. Je trouvais dommage qu’une société qui faisait vivre soixante employés ferme ses portes. Après discussion, elle m’a laissé prendre les choses en main et j’ai demandé à devenir actionnaire (ndlr: il détient aujourd’hui 51% du capital).» La première décision prise par le banquier a été de renouveler l’inventaire des outils et des machines, devenu désuet, ce qui a permis à l’entreprise de rester compétitive.

«Sous la présidence de Pierre Matthey, ce n’est pas seulement une consolidation financière et organisationnelle qui a été menée, c’est le souci constant de nourrir la région, au sens propre comme au figuré», souligne Frédéric Matthey. «Faut pas me demander de monter un mur, mais après avoir été administrateur chez Ernest Gabella S.A. et Bollini, je peux dire que j’en connais un petit bout de ce milieu qui est très intéressant, même s’il faut batailler tous les jours», conclut Pierre Matthey.

Christelle Maillard