Logo

Le triplé mondial de Renaud de Pury

23 août 2019 | Edition N°2566

Le président du Tryverdon va enchaîner la finale du tour mondial de triathlon à Lausanne, la finale de semi-Ironman à Nice, puis celle d’Ironman à Hawaï. Trois championnats du monde en un mois et demi.

Renaud de Pury est un habitué des grands rendez-vous. Le triathlète de 53 ans a déjà participé deux fois aux finales mondiales d’Ironman à Hawaï, notamment. Mais enchaîner trois championnats du monde à la suite, comme il s’apprête à le faire dès la semaine prochaine, ça, il ne l’avait jamais réalisé. Ni même imaginé.

Cette année, les étoiles (et les finales) se sont alignées. L’Yverdonnois s’est qualifié (dans sa classe d’âge) tour à tour pour les rendez-vous finaux de 2019 en semi-Ironman (1,9 km de natation / 90 km de vélo / 21 km de course à pied) et d’Ironman (3,8 / 180 / 42) grâce à ses excellents résultats obtenus sur ces distances l’année dernière. Hasard du calendrier, le dénouement du tour mondial de triathlon se déroulera à Lausanne en fin de semaine prochaine, un week-end avant le semi-Ironman de Nice. Il n’en fallait pas plus pour titiller le compétiteur incarné qu’est Renaud de Pury.

Un plan pour Hawaï, l’objectif ultime

«Je ne suis normalement pas taillé pour la short distance (ndlr: 0,75 / 20 / 5) à laquelle je vais participer le samedi 30 août à Lausanne, et je n’aurai pas tellement d’objectif de classement, mais c’est la fête de la discipline et cela se déroule en Suisse. Il fallait en profiter! Et ça entre bien dans mon plan d’entraînement pour Nice sept jours plus tard», glisse le président du Tryverdon, tout heureux de se lancer un tel challenge.

Son triplé, le Nord-Vaudois le bouclera en beauté à Hawaï, berceau de la discipline, le 12 octobre prochain. Comme en 2012 et en 2016, il partira en famille. Ainsi, ses proches, qui supportent quotidiennement les nombreux entraînements de leur papa ou mari nécessaires à la préparation d’une telle aventure, profiteront aussi du voyage. En outre, son frère, Hervé, est également qualifié.

Renaud de Pury tient la forme. Cette année, il s’est par exemple classé 9e au scratch du semi-Ironman de Genève en 4h23, le meilleur temps de sa catégorie. Lors de ses précédentes expériences à Hawaï sur la distance reine, il avait décroché des 6e et 7e places dans sa classe d’âge. «Ce qui me met un peu de pression, car ce sont de très bonnes performances. Cette fois, je viserai un top 15, et si je finis dans les dix, ce sera magnifique.»

La quatrième discipline

L’Yverdonnois comptera sur sa riche expérience pour gérer un tel enchaînement, défi qu’il prend comme un jeu, avec légèreté. Il sait très bien qu’à Hawaï, compte tenu de l’enjeu et des conditions de chaleur, les participants explosent souvent faute d’avoir su ménager leurs efforts. «La quatrième discipline de notre sport, c’est la gestion du ravitaillement, surtout sur un long parcours, assure-t-il. La moindre petite erreur se paie cash deux ou trois heures plus tard. Il faut savoir faire preuve d’une certaine humilité. Un gros exercice mental pour réussir à faire la course pour soi et pas en fonction des autres.» Une sagesse acquise au cumul des kilomètres.

Manuel Gremion