Logo

Le village redimensionne ses ambitions

19 avril 2018 | Edition N°2229

L’Abergement  –  La Commune a mis son Plan général d’affectation à l’enquête. Une séance d’information publique aura lieu mardi.

Installée dans le bureau communal, la syndique Monique Salvi déplie le nouveau Plan général d’affectation (PGA) de L’Abergement sur la table. Le visage un peu crispé, l’édile n’a pas d’autre choix que de se soumettre à la législation en vigueur et de respecter la Loi sur l’aménagement du territoire (LAT) et la quatrième révision du Plan directeur cantonal vaudois. Comme toutes les communes du Canton de Vaud, L’Abergement doit réviser son PGA d’ici à 2021.

Même si, pour l’heure, aucune opposition n’a été déposée – le dossier de mise à l’enquête est présenté au greffe municipal jusqu’au 10 mai –, la syndique le sait: la Municipalité devra faire face au désenchantement de ses habitants. «L’Exécutif travaille sur la révision du PGA depuis 2007, explique Monique Salvi. Autant dire que c’est un travail de longue haleine, qui devra être révisé dans la douleur.» Si la pilule sera difficile à avaler pour la population, c’est parce que plusieurs zones actuellement constructibles seront redéfinies en zones agricoles. «Il y aura des mécontents parce que les terrains de plusieurs propriétaires vont perdre de la valeur», indique-t-elle.

Par ailleurs, le Tribunal fédéral ayant invalidé l’actuel PGA (lire encadré), la Commune ne peut même plus s’appuyer sur un plan en vigueur.

Quarante habitants attendus d’ici à 20 ans

Situé au pied du Suchet, le village s’étend sur plus de 570 hectares, dont la moitié se trouve en zone forestière, jusqu’à la frontière française. La Commune compte par ailleurs 251 personnes sur son territoire. Avec une augmentation de 0,75% d’habitants autorisée pour les vingt prochaines années, la Commune pourra accueillir quarante citoyens supplémentaires. «Nos capacités actuelles sont quatre fois supérieures à ce qui est exigé (ndlr: le village devrait compter 160 habitants). Avec la LAT, on a surtout l’impression de perdre de plus en plus notre marge d’autonomie», poursuit la syndique.

La syndique Monique Salvi s’apprête à affronter les habitants mécontents de sa Commune. © Carole Alkabes

La syndique Monique Salvi s’apprête à affronter les habitants mécontents de sa Commune. © Carole Alkabes

 

Une séance d’information publique aura lieu mardi à la Grande salle du village, à 20h. L’occasion, pour la population, de poser toutes ses questions aux cinq membres de l’Exécutif.


Plan actuel invalidé par le Tribunal fédéral

Un quartier controversé

En mai 2017, le Tribunal fédéral (TF) avait débouté la Commune de L’Abergement et les promoteurs qui prévoyaient de construire un nouveau quartier d’habitation dans le hameau du Petit Vailloud.

L’organisation de protection de la nature Pro Natura avait déposé un recours car elle considérait que ce projet était synonyme de mitage du territoire. «Le plan communal qui avait été accepté en 1981 a été invalidé par le TF, car cette zone n’aurait jamais dû être constructible», affirme la syndique Monique Salvi.

Aucun projet ne sera envisagé sur cette zone – elle compte deux fermes et une maison d’habitation – qui devra être affectée en zone agricole. Pour être envisagée en tant que zone spéciale de hameau, il faut compter cinq bâtiments au minimum.

Valérie Beauverd