Logo

L’enfer doit ressembler au Gersag

20 novembre 2017 | Edition N°2127

Football – Promotion League – Yverdon Sport s’est incliné 2-1 dans la demeure temporaire du SC Kriens, samedi dernier. Les Nord-Vaudois partent en vacances avec onze points de retard sur les Lucernois.

Comme à l’aller, Kriens a froidement démontré sa supériorité sur Yverdon Sport, samedi soir à Emmenbrücke. ©Champi-a

Comme à l’aller, Kriens a froidement démontré sa supériorité sur Yverdon Sport, samedi soir à Emmenbrücke.

«Onze points… Ça fait beaucoup, mais ce n’est pas impossible. Kriens avait bien fini par craquer en fin de championnat la saison dernière.» Après être resté un bon moment sur le terrain et avoir salué les spectateurs yverdonnois ayant fait le déplacement en terres lucernoises, Quentin Rushenguziminega, visiblement très affecté par cette dernière défaite de l’année (Yverdon Sport s’est incliné 2-1 face à Kriens), a voulu se montrer rassurant. C’est vrai, Nico Siegrist et ses coéquipiers étaient passés complètement à côté de leur cinq ultimes rencontres du dernier exercice, ne glanant que deux points et déroulant le tapis menant à la promotion à Rapperswil. Et puis, YS n’est pas passé si loin de ramener à la maison une ou trois unités, synonyme(s) d’espoir. Reste que la problématique d’aujourd’hui n’a plus grande-chose à voir avec celle d’il y a une année.

Déjà, c’est important de le rappeler, Yverdon n’est pas Rapperswil (actuel 4e de Challenge League, au passage). Ensuite, Kriens ne se trouve pas isolé aux commandes de Promotion League, puisque le Stade Nyonnais pointe à seulement deux longueurs. Ce qui signifie qu’un relâchement d’une de ces deux formations ne suffirait pas aux Nord-Vaudois pour effectuer la remontée qu’avait entreprise le FCRJ il y a quelques mois. Finalement, et surtout, le SC Kriens a prouvé sa supériorité. En deux confrontations (victoire au Stade Municipal 0-3 à l’aller), les Lucernois ont froidement rappelé qui était le patron. Sans faire lever les foules, ni provoquer la moindre excitation, mais avec un réalisme et une sérénité qui ne laissent que bien peu de place au doute.

 

Atmosphère glaciale

 

Parking quasi désert, rues dans lesquelles régnaient un silence de cathédrale, les Yverdonnois, joueurs comme supporters, ont été mis au parfum au premier pied posé à Emmenbrücke : samedi soir, le jeu proposé irait de pair avec la température ambiante glaciale. Et ce ne sont pas les 600 spectateurs présents qui contribueraient à réchauffer d’un dixième de degré l’ambiance des lieux. A vrai dire, le complexe du Gersag, dont son stade, où le SCK a élu domicile en attendant la construction de son nouveau Kleinfeld, colle à merveille avec le football prôné par son pensionnaire temporaire : froid, presque terne, mais efficace. Les hommes d’Anthony Braizat ont essayé de passer par le jeu. Sans réussite. En balançant devant ? Même constat. Seule une des très rares approximations des hôtes a permis à Quentin Rushenguziminega, à nouveau décisif, de trouver la faille (17e). Deux buts et quinze minutes plus tard, l’erreur était corrigée. Baisser de rideau, fin du spectacle.

Yverdon Sport va désormais devoir trancher. Après dix-sept des trente rondes de la saison, les dirigeants, qui se sont donnés l’accession en Challenge League à court terme comme objectif, doivent se prononcer. Soit ils estiment que leur équipe possède encore toutes ses chances pour la suite du championnat. Dans ce cas, les arrivées de plusieurs renforts s’avéreront nécessaires. Soit ils se projettent sur les 18 prochaines mois, avec (ou sans) un potentiel nouveau projet. Auquel cas, les places au sein de l’effectif coûteront, sans doute, un peu moins cher.

 

Kriens – Yverdon Sport 2-1 (2-1)

 
Buts : 17e Rushenguziminega 0-1 ; 24e Selmani 1-1 ; 33e Siegrist 2-1.

Kriens : Osigwe ; Fernandes, Hasanaj, Fäh, Fanger ; Siegrist, Selmani (80e Röthlisberger), Schilling, Cirelli ; Sulejmani (91e Stojanov); Chihadeh (74e Seferagic). Entraîneur : Bruno Berner.

Yverdon : Da Silva, Reis, Rossé, Dia, Cazzaniga ; Lusuena (78e Caslei), Doumbia ; Marazzi (76e Lahiouel), Rushenguziminega, Deschenaux (66e Eleouet); Cissé. Entraîneur : Anthony Braizat.

Notes : Stade du Gersag, Emmenbrücke, 600 spectateurs. Aribitrage de Luca Cibelli , qui avertit Doumbia (36e, antijeu), Lusuena (52e, antijeu), Rushenguziminega (64e, antijeu), Dia (66e, antijeu), Fanger (69e, antijeu), Reis (87e, jeu dur).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Florian Vaney