Logo

Les calvaires pour les pendulaires

24 juillet 2019 | Edition N°2546

Yverdon-les-Bains – A la suite d’un affaissement des voies ferroviaires, les liaisons entre la Cité thermale et la Capitale olympique ont été perturbées, hier.

Un affaissement des voies s’est produit hier matin au niveau du passage souterrain en construction sur le chantier de la nouvelle route de contournement, à Yverdon-les-Bains, en direction d’Ependes.

«Vers 9h30, des écoulements de sable ont été observés», indique Frédéric Revaz, porte-parole des CFF. A l’origine: une venue d’eau. «Tout l’ouvrage est dans une nappe», rappelle Sandro Rosselet, chef du Service des travaux de la Cité thermale, en évoquant le terrain sablonneux sur lequel est bâti Yverdon-les-Bains.

Du temps que les machines de chantier arrivent sur place pour réparer les dégâts, le trafic ferroviaire s’est vu fortement affecté, avec des retards et des ralentissements. Puis, de 12h15 à 13h15, la ligne a été entièrement interrompue.

Frédéric Revaz précise que des bus et des navettes ont pris le relais des trains entre la capitale du Nord vaudois et la Cité olympique. En début d’après-midi, le roulement des rames régionales a pu reprendre. Cependant, la circulation des Intercity est restée interrompue jusqu’à la fin du service, la nuit passée. «Normalement, le trafic reprendra mercredi», assure le porte-parole de la régie fédérale.

L’objectif est désormais de procéder au «bourrage des voies», c’est-à-dire d’injecter du ballast afin de remettre les voies à niveau. Cette opération se déroulera en trois temps: un bourrage a eu lieu la nuit dernière, un autre se fera entre demain et vendredi, et un troisième, de toute façon prévu dans le planning du chantier, est prévu entre le 29 et le 30 juillet.

Selon le municipal yverdonnois chargé des Travaux Marc-André Burkhard, l’impact de cet incident sur le chantier du secteur sud de l’axe principal d’agglomération est à relativiser. «Il y aura peut-être quelques inconvénients, mais la situation est maîtrisée», affirme-t-il. Pour l’édile, le scénario aurait été pire si la pluie s’en était mêlée. «Heureusement, il n’y a pas eu d’orage.»

 

Guillaume Guenat