Logo

Les élus veulent choyer les futurs papas

11 février 2019 | Edition N°2433

Yverdon-les-Bains Le Conseil communal souhaite que la Ville étende le congé paternité des fonctionnaires, qui est aujourd’hui de cinq jours.

Alors que la Ville d’Yverdon-les-Bains vient tout juste de se découvrir un statut de pionnière, avec la grossesse de la municipale Carmen Tanner, les débats se focalisent désormais sur le rôle des papas. Un jour après que l’écologiste a annoncé qu’elle attendait un heureux évènement pour fin juin, ce qui fera d’elle la première élue en congé maternité dans une ville vaudoise, l’organe délibérant s’est penché sur la question du congé paternité, jeudi dernier.

«Se battre pour l’égalité, c’est aussi se battre pour le droit des pères», a martelé Fanny Spichiger, qui a déposé une résolution au nom du groupe des Verts. La Ville d’Yverdon-les-Bains accorde aujourd’hui cinq jours à ses fonctionnaires pour prendre soin de leur nouveau-né, avant de les rappeler sur leur lieu de travail. Trop peu, estiment les écologistes, qui souhaiteraient que l’Exécutif soit plus généreux envers les jeunes papas dans le futur règlement du personnel communal.

La proposition des Verts, qui ont suggéré d’accorder vingt jours aux employés de la Ville, a toutefois un petit goût de déjà-vu. En 2010, le municipal socialiste Pierre Dessemontet, alors conseiller communal, avait en effet déjà déposé une motion dans ce sens. Depuis, «ça n’a pas avancé très fort», a reconnu le syndic Jean-Daniel Carrard devant l’organe délibérant. Les hommes pourraient toutefois bientôt faire un pas en avant, puisque la Municipalité prépare justement une nouvelle mouture du règlement du personnel communal. «La problématique du congé paternité fait partie des éléments de travail de la Municipalité», a assuré le syndic.

«Personnellement, j’aime moyennement ce genre de mesures car cela va renchérir le coût du travail sans redonner du pouvoir d’achat aux employés», a commenté le président du PLR, Laurent Roquier, estimant qu’il n’y avait pas lieu de déposer une résolution alors que l’Exécutif planche déjà sur la révision du statut des fonctionnaires.

Si une partie de la droite s’y est refusée, la majorité des élus a finalement décidé d’inciter la Municipalité, sans lui fixer de durée, à étendre le congé paternité dans le projet qu’elle soumettra au Conseil communal. C’est que les mentalités semblent avoir évolué. Autrefois sceptique sur la question, l’UDC Ruben Ramchurn a assuré qu’il était «bien qu’on commence enfin à considérer ce point de vue-là».

Caroline Gebhard