Logo

Les gymnasiens séduisent le public

28 octobre 2014

Les louanges étaient nombreuses à l’issue de la représentation de DiversGens, samedi soir au Casino d’Orbe. Cette création a été l’objet du travail de maturité de cinq gymnasiens de l’Etablissement Auguste Piccard à Lausanne, dont trois Nord-Vaudois.

Le spectacle allie théâtre, danse, musique et cirque. © Blanchard

Le spectacle allie théâtre, danse, musique et cirque.

«C’est génial, leur spectacle est vraiment superbe», tels sont les compliments qui émanaient du public à la fin de la troisième représentation du spectacle DiverGens. La salle du Casino d’Orbe était comble avec un parterre composé essentiellement de jeunes venus voir les performances artistiques des seize artistes, des étudiants d’horizons différents. Pour Mahé Nithart de Champvent, Myriam Lamrani de La Tour-de-Peilz, Ambroise Donnier de Baulmes, Mathis Pellaux de Pomy et Mathieu Trovato du Mont-sur-Lausanne, la création et la gestion de ce spectacle a même été l’objet de leur travail de maturité.

Le spectacle allie théâtre, danse, musique et cirque. © Blanchard

Le spectacle allie théâtre, danse, musique et cirque.

Cinq jeunes qui pendant leurs loisirs pratiquent l’art du cirque, la danse ou la musique. Leur professeur de musique Christian Baur leur a suggéré de monter un spectacle comme travail de maturité en réunissant leurs différentes disciplines artistiques. Défi, qu’ils ont relevé en s’adjoignant la collaboration du comédien Alexandre Pignat de Lausanne. Puis, ils ont recruté dix artistes qu’ils ont eu l’occasion de côtoyer dans l’exercice de leur discipline.

Mélanger et canaliser les idées

Mahé Nithart de Champvent, en pleine démonstration «d’escalade». © Blanchard

Mahé Nithart de Champvent, en pleine démonstration «d’escalade».

«Notre plus grand challenge a été de marier la danse, le cirque, la musique et le théâtre, explique Ambroise Donnier. Puis de canaliser la somme de nos idées pour en faire un spectacle cohérent». Au final, cela donne une réflexion sur une société déshumanisée, avec pour fil rouge l’évolution d’un homme égocentrique, intransigeant et arrogant avec autrui, un personnage incarné par Alexandre Pignat.

«Cette expérience, nous a permis de mieux découvrir les disciplines que nous ne pratiquons pas. D’autre part, nous avons pris conscience de tout l’aspect administratif qu’impose la gestion d’un spectacle», reconnaissent en choeur les auteurs. «Je suis très fière de la présentation de ce soir. L’équipe a été incroyable. Ils ont accompli un travail superbe », témoignait Myriam Lamrani, chorégraphe, privée de scène à cause d’un accident de danse.

Pierre Blanchard