Logo

Les trois locomotives du CNY

18 avril 2018 | Edition N°2228

Léopold Bourdon, Rayan Ramadani et Silvio Howald incarnent le renouveau du Cercle des nageurs d’Yverdon. Ils sont les premiers du club, cette année, à avoir obtenu les minima pour les Championnats romands et suisses de cet été.

Ils sont tous les trois bien trop humbles pour le crier trop fort. «On fait simplement partie d’un groupe de bons nageurs qui cherchent à se pousser les uns les autres», lâchent-ils sobrement. Reste que leurs résultats n’ont rien de franchement habituels pour le Cercle des nageurs d’Yverdon (CNY). Léopold Bourdon, Rayan Ramadani et Silvio Howald participeront chacun aux Championnats romands RSR et aux Championnats de Suisse Open, cet été. Le dernier nommé défendra même les couleurs de la Romandie ce week-end à la Coupe suisse jeunesse de Savosa, au Tessin: «Ce qui me met un peu de pression, sachant que j’aurai presque tout le poids de la région sur mes épaules», glisse le jeune homme. Bref, quoi qu’ils en disent, ces trois-là incarnent bel et bien la relève d’un club qui cherche à retrouver ses lettres de noblesse.

Montrer la voie

«On a connu de très belles années par le passé. On envoyait régulièrement des nageurs aux différentes compétitions nationales. Depuis quelques saisons, cependant, on se trouve au creux de la vague», admet Loïc Zbinden, vice-président du CNY. Des difficultés que les Yverdonnois sont en train de surmonter, notamment grâce à leur trois jeunes talents: «Leur rôle, c’est aussi de montrer la voie à suivre à leurs camardaes d’entraînement.»

Tombés dans le bassin dès leur plus jeune âge – leur famille y est pour beaucoup –, les trois compères connaissent une progression impresionnante. A tel point qu’ils n’ont eu besoin que d’un seul concours en bassin de 50 mètres – le premier de la saison, qui s’est tenu à Montreux mi-mars – pour obtenir les minima pour les Championnats de Suisse. Les deux spécialistes de brasse, Léopold Bourdon (50m) et Silvio Howald (200m), y prendront part dans leur discipline fétiche, au même titre que Rayam Ramadini, adepte du papillon (50m).

«Avant ce grand rendez-vous, il reste plusieurs concours qualificatifs. L’objectif est d’obtenir les temps pour participer dans un maximum de catégories», lancent-ils de concert.

De l’ambition, ce n’est pas ce qui leur manque. Les ados, membres du groupe élite du CNY, cumulent chacun neuf heures d’entraînement par semaine, réparties entre natation et musculation. Respectivement au gymnase (Léopold), en apprentissage (Rayan) et à l’école (Silvio), ils se trouvent à une période charnière de leur formation sportive. «Jusqu’à maintenant, la question de nos disponibilités ne s’est jamais trop posée. On finit les cours ou le travail, puis on vient s’entraîner», expliquent-ils. «Je sais que, prochainement, les sessions pourraient devenir plus difficiles à gérer pour moi», relève Léopold Bourdon, habitant de Châbles, étudiant à Payerne et nageur à Yverdon.

Voilà qui soulève un autre problème: le nombre de piscines couvertes dans la région et la disponibilité des lignes d’eau. «C’est bien simple: dans le Nord vaudois, à part à Yverdon, il n’y en n’a pas, reprend Loïc Zbinden, également responsable technique du club. On a réussi à augmenter notre nombre de couloirs et les heures durant lesquelles on peut s’entraîner. Mais ce n’est jamais vraiment suffisant.»

Professionnalisation

A terme, le CNY souhaiterait donc se professionnaliser: «L’idée, c’est de devenir un club semi-pro. Cela nous permettrait notamment d’engager des entraîneurs spécalisés. On aimerait s’établir comme le club de la région et ses alentours. Que des nageurs d’Echallens, par exemple, choissisent de venir à Yverdon», explique le fils du président Gilles Zbinden, qui compense le manque de moyens par son investissement personnel: «Il m’arrive fréquemment de passer les 60 heures de travail hébdomadaires, entre mon boulot et le club, pour que tout soit parfaitement coordonné.»

Ainsi, ses nageurs n’ont qu’à se concentrer sur leurs performances. Un engagement qui commence à porter ses fruits.

Florian Vaney