Logo

L’homme des grands rendez-vous

31 janvier 2020 | Edition N°2674

Impérial, Eliot Dänzer a conservé son titre de champion du monde juniors de freeride, hier en Autriche. Le rider de Corcelles-sur-Chavornay est aux anges.

© Photo: Freeride World Tour / Klaus Listl

Il avait la pression sur les épaules. Celle d’un champion du monde qui remettait sa couronne en jeu. Celle de l’homme a battre. «En tant que tenant du titre, toute autre place que la 1re serait revenu à avoir perdu. C’était gagner le titre ou le perdre. Go big or go home», lançait Eliot Dänzer, hier, quelques heures après être remonté sur la plus haute marche du podium.

La surprise de l’an dernier est passée. Cette fois, c’est la confirmation. Le snowboarder de Corcelles-sur-Chavornay, deux fois champion du monde juniors de freeride, est le patron de la catégorie. «Ça a été à chaque fois une journée de rêve pour moi. C’est difficile à décrire. L’ambiance, ici à Kappl, est géniale. On a tous passé une super semaine, durant laquelle tout le monde est heureux et souriant. Je ne pourrais pas être plus content», décrivait, à chaud, le jeune homme de 17 ans.

De la poudre et des sauts

Dans le Tyrol autrichien, Eliot Dänzer a retrouvé, comme l’an dernier, un contexte qu’il adore. «Une très bonne neige, avec trente centimètres de poudreuse sur la face, qui n’était pas la même que celle empruntée en 2019. Avec de telles conditions, j’avais juste envie de donner mon max.»

Le Nord-Vaudois a jeté un énorme shifty juste en sortant de la porte de départ, puis a continué sous le vent sans hésitation en envoyant un très beau toe side turn. Il a terminé sa course élégante avec un autre shifty. De quoi faire exploser les scores: avec 76 points, il en a obtenu douze de plus que l’hiver précédent.

Pourtant, la victoire s’est jouée à un rien. Son dauphin, le Britannique Charlie O’Shea, n’a fini qu’à 1,5 points du vainqueur, alors que le podium a été complété par l’Américain Adrien Babet. Qu’est-ce qui a bien pu faire la différence en faveur du champion sortant? «Je pense que ma saison en Nouvelle-Zélande (ndlr: où il a ridé durant l’hiver austral) a beaucoup aidé. Et puis j’ai pris une très bonne line, très joueuse, avec beaucoup de jumps.»

Si le double champion du monde a bien commis une petite erreur et oublié quelques grabs durant sa descente, il n’en demeure pas moins qu’il a réalisé un excellent run. Et il fallait bien ça pour s’imposer. «L’an passé, beaucoup de mes adversaires étaient tombés ou s’étaient retrouvés piégés, alors que cette fois, tous ont réalisé un bon parcours.»

Très concentré sur son objectif durant toute la semaine, Eliot Dänzer a été capable de gérer la pression autour de lui. «Le travail mental a été assez conséquent. J’étais focus, tout en me disant que si je ne le faisais pas, ce n’était pas si grave.»

Pas seul à fêter

La Suisse a connu une journée faste avec la victoire, également, de la snowboardeuse Zoe Macgeorge, de Vercorin, chez les filles. «Elle fait partie de la même équipe que moi, on ride pas mal ensemble, relevait Eliot Dänzer, ravi pour elle. On va pouvoir aller faire la fête!»

Manuel Gremion