Logo

L’horloger va créer 100 emplois

14 octobre 2013

Vacheron Constantin a inauguré vendredi sa nouvelle fabrique de composants de montre au Brassus, en présence des conseillers d’État Anne-Catherine Lyon et Philippe Leuba.

Juan-Carlos Torres, directeur général de Vacheron Constantin.

L’écrin industriel inauguré par Vacheron Constantin vendredi est situé sur la route de Bois d’Amont, à la sortie du Brassus, à côté de la fabrique de La Pierrette. Sa réalisation représente un investissement de plus de 30 millions de francs. «Sur place 40 métiers sont réunis. Nous occupons ici 200 personnes sur les 900 employés de la marque souligne, Carlos Torres CEO de Vacheron Constantin. A l’horizon 2017, nous espérons compter 300 collaborateurs sur le site du Brassus.» Ce qui représente la création de 100 emplois.

Ce développement se fera en parallèle avec celui de la maison mère basée à Genève, qui verra sa surface de production doubler d’ici 2015. La nouvelle manufacture de composants horlogers abrite, sur une surface de 7000 m2, toute la chaîne de fabrication des mouvements mécaniques Vacheron Constantin. Une fois terminés, les composants prennent le chemin de Plan-les-Ouates, village industriel en banlieue de Genève, pour être assemblés, réglés et emboîtés, afin de former des montres répondant aux exigences du poinçon de Genève, un label de qualité créé à la fin du XIXe siècle.

La fabrication des mouvements de montre est répartie en trois secteurs une unité spéciale inaccessible aux visiteurs et réservée à la fabrication de pièces limitées, voire uniques.

Le second secteur est consacré à l’usinage des pièces, de la matière première à la pièce brute en passant par l’ébauche. C’est dans ces différentes étapes de production qu’intervient la haute technologie, avec des machines à commandes numériques dernier cri et des robots. Des outils qui peuvent travailler 24 heures sur 24, alors que le personnel assume une présence journalière de 8 h.

Le troisième secteur concerne la finition. Il est l’apanage de l’être humain, qui apporte, par un savoir-faire minutieux, la valeur ajoutée de la précision infiniment petite et la décoration qui font la réputation de la marque. Pour assurer la relève, l’entreprise voue un soin particulier à la formation, dont certains métiers ne peuvent être acquis qu’à l’interne. La plupart exigent un pouvoir de concentration et intense, et une minutie à toute épreuve. Après avoir visité les lieux, Eric Duruz, le directeur de l’Association pour le développement économique de la vallée de Joux est admiratif et constate que «le village industriel du Sentier a permis à Vacheron Constantin de consolider sa présence à la vallée de Joux».

Pierre Blanchard