Logo
«L’occasion d’innover»
© Michel Duperrex

«L’occasion d’innover»

16 octobre 2020

Eternel optimiste, Frank Siffert, président de l’Association du marché aux truffes, estime que l’annulation de la manifestation peut aussi avoir un effet bénéfique.

 

Une interview de Lorie Patthey

Frank Siffert, dans quel état d’esprit êtes-vous après cette annulation?

Je m’y attendais, mais on s’adapte. On avait proposé à la Municipalité de remplacer le marché «traditionnel»par de simples stands de truffes, sans restauration. Mais cela n’a pas été accepté.

Pourquoi la Commune a-t-elle refusé cette proposition?

Car ils ont peur du nombre de personnes que la manifestation aurait réuni. En plus, la situation sanitaire a pris une nouvelle ampleur ces dernières semaines. On espère que la situation s’améliorera d’ici l’année prochaine.

D’un point de vue financier, l’Association du marché aux truffes va-t-elle supporter la suppression de cette édition?

Cette année on s’en sortira car on s’y attendait. On a donc limité les frais. Au total, la perte est d’environ 4000 francs. Un montant supportable pour nous. On pourra encore le tolérer l’année prochaine, mais pas trois fois de suite…

Le marché n’est pas la seule victime de la pandémie. Les vendeurs souffrent aussi de la situation, non?

Oui mais j’espère que ça va les pousser à développer d’autres canaux de distribution. C’est l’occasion de faire preuve d’inventivité.

Comment tout de même supporter les marchands de truffes?

Le meilleur moyen reste de privilégier les bonnes tables de la région qui proposent des menus à base de truffes. Par ailleurs, la Maison des terroirs de Grandson proposera des truffes à la vente le 30 octobre, de 10 à 20h.

Rédaction