Logo

Lotaris réussit un nouveau gros coup

4 mars 2014

L’entreprise basée au Parc scientifique et technologique d’Yverdon se voit confier la gestion de la solution de paiement mobile du géant de l’information Forbes Media.

Robert Tibbs n’a pas fini de faire parler de lui et de son entreprise, Lotaris.

Robert Tibbs n’a pas fini de faire parler de lui et de son entreprise, Lotaris.

Mais où s’arrêtera Lotaris S.A.? Après PayPal, Sega et Microsoft, pour ne citer qu’eux, la société fondée en 2008 à Yverdon-les-Bains ajoute Forbes Media, une grande puissance mondiale des médias et de l’information, à son tableau de chasse partenarial. L’annonce du lancement de Forbes digital commerce, tombée lundi dernier en marge du «Mobile World Congress 2014» organisé à Barcelone, offre une belle opportunité aux deux entités.

«Lotaris va assumer, de manière autonome, la gestion de cette solution de paiement mobile et nous allons bénéficier du réseau de partenaires de Forbes», commente Robert Tibbs, directeur de l’entreprise yverdonnoise. La collaboration se présente sous les meilleurs hospices car le chef d’entreprise déclare entretenir de très bonnes relations avec la direction exécutive de son nouveau partenaire d’affaires.

«Nous avons commencé les négociations il y a environ six mois. Les discussions ont progressé rapidement car nous partageons la même vision», se réjouit Robert Tibbs.

«Forbes digital commerce a été conçu pour pallier aux problèmes d’inefficacité et de friction qui subsistaient dans le domaine du paiement, que ce soit pour le «Business to consumer» (B2C) ou le «Business to business» (B2B). Les solutions mobiles ont beaucoup de potentiel dans ce contexte», a déclaré Mike Federle, directeur de l’exploitation (COO) de Forbes Media. «Je suis très content, c’est génial. Si tout va bien, nous allons encore réussir prochainement une ou deux autres bonnes opérations», conclut Robert Tibbs, qui ne souhaite pas s’arrêter en si bon chemin avec Lotaris.

 

Avec Mastercard

Forbes digital commerce, dont la gestion incombe à Lotaris, compte parmi les premiers prestataires de solutions de paiement mobile partenaires de MasterPass. Ce service de MasterCard a pour objectif de simplifier les paiements en ligne tous supports (PC, tablette, smartphone) confondus.

 

Les responsables d’entreprises actives à Y-Parc ont présenté leurs activités jeudi dernier à la salle Léon-Michaud

Les Minutes du Parc au Château

Au premier plan, Didier Lutz (Cliris) et Stefan Lutz (BPA Solutions). Derrière, Nicolas Weber (Swiss Welding Institute), Olivier Piotrowski (Titanium Engineering), Daniel von Siebenthal et Sandy Wetzel, respectivement président et directeur d’Y-Parc, peu avant les présentations.

Au premier plan, Didier Lutz (Cliris) et Stefan Lutz (BPA Solutions). Derrière, Nicolas Weber (Swiss Welding Institute), Olivier Piotrowski (Titanium Engineering), Daniel von Siebenthal et Sandy Wetzel, respectivement président et directeur d’Y-Parc, peu avant les présentations.

Plus connu sous l’acronyme d’Y-Parc, le Parc technologique et Scientifique (PST) de Suisse romande, à Yverdonles- Bains, accueille de nombreuses entreprises et plus de mille emplois. De nombreuses personnes se croisent régulièrement sans forcément connaître les activités respectives des uns et des autres. Les Minutes du Parc, organisées en alternance sur le site du PST ou ailleurs en ville, ont pour but de faire connaître les nouveaux venus, mais aussi des sociétés présentes depuis longtemps à Yverdon- les-Bains.

Organisée en fin de journée, cette manifestation favorise les contacts dans une ambiance détendue. Les quatre invités ont cinq minutes chacun pour se présenter, le reste du temps étant consacré au réseautage.

Jeudi dernier, la société BPA Solutions, spécialisée dans les logiciels proposant des solutions métiers -elle a le privilège de collaborer directement avec Microsoft- a présenté ses activités et ses projets de développement, ce dernier étant soutenu par un Fonds «equity» et l’UBS. BPA a été créée à Neuchâtel et elle a opté pour Y-Parc en raison de la réputation du site. Elle occupe une vingtaine de collaborateurs, en Suisse, mais aussi en Amérique du Nord, où se situe un de ses marchés les plus importants.

L’autre nouvelle venue, Cliris, s’est installée il y a quelques semaines à peine dans l’incubateur Y-Start. Elle est promise à un développement important grâce à son produit phare, un petit coffret qui assure en quatre minutes le nettoyage, la désinfection, et la protection contre la buée des verres de lunettes.

Prix Start-Up en 2001, Titanium Engineering, société spécialisée dans le traitement des surfaces en titane, a, après un démarrage prometteur, connu des difficultés au moment de la crise financière. Aujourd’hui, grâce à l’horlogerie haut de gamme et au secteur médical, elle vit une renaissance.

Enfin, le Swiss Welding Institute, rattaché à la HEIG-VD, poursuit son parcours dans l’excellence. Présent à Yverdon-les-Bains et au Technopôle de Sainte-Croix, cet institut est parvenu à faire valider des formations de très haut niveau dans le domaine de la micro- soudure. I.Ro

Ludovic Pillonel