Logo

L’ouvrage qui rend hommage aux pionniers yverdonnois de la sphère orange

25 juillet 2019 | Edition N°2547

Plus ancien club de Suisse encore en activité, l’USY Basket a publié un livre très complet et illustré retraçant les 90 années de son riche parcours.

L’impulsion est venue de Pascal Gafner, président du comité central de l’Union sportive yverdonnoise. Il a imaginé un livre retraçant l’histoire du club de 1927 à 2017, toutes sections confondues. L’idée ne s’est pas matérialisée, mais elle n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Président de l’USY Basket, Olivier Schott avait alors commencé à collecter des documents historiques. Un classeur, remis par Thony Perey qui l’avait lui-même reçu de Louis Vuille avant lui, contenait toutes les archives qu’avait précieusement conservées Pierre Landolt, le fondateur de la section basket. «J’ai ouvert le classeur et, durant trois heures, je n’ai pas décollé les yeux de son contenu. Il y avait tout, des articles, des photos, des procès-verbaux, des informations sur le premier championnat des cités. Je me suis dit wouaw, c’est juste phénoménal!»

Conscient du trésor qu’il tenait entre ses mains, Olivier Schott a décidé d’en faire un livre à paraître l’année du 90e anniversaire de la section basket. Un ouvrage de 70 pages rendu public le 25 mai dernier, à l’occasion de la soirée gala du club.

De 1929 à aujourd’hui

«Je n’imaginais pas que Pierre Landolt avait été à ce point un pionnier. Non seulement à Yverdon-les-Bains, mais aussi pour le basketball suisse, voire international, poursuit le président actuel. Il est tellement précieux que toute cette histoire soit transmise. Je suis vraiment content qu’on ait mis tout ça sur papier.»

Après plusieurs réunions avec des anciens du club fondé en 1929, le bouquin, illustré par de nombreuses images d’antan et plus récentes, est divisé en sept chapitres, y compris une courte introduction signée Olivier Schott et quelques pages consacrées aux personnages qui ont marqué l’histoire de l’USY Basket. «C’est un moyen de rendre hommage à tous ceux qui ont perpétué cette belle histoire. On a essayé de n’oublier personne», souligne Olivier Schott, ravi d’avoir pu marquer le coup.

L’histoire du club en tant que telle est retracée en trois sections de trente ans des débuts à l’époque actuelle, alors qu’une autre est consacrée à des témoignages de femmes et d’hommes qui ont marqué leur temps, de la septuagénaire Emilienne Wagnière à la jeune Tiffanie Zali, joueuse de 24 ans formée dans la Cité thermale et déjà multiple championne de Suisse avec Elfic Fribourg.

Des pionnières aussi

Car si Pierre Landolt et bien d’autres hommes – dont Michel Tissières, Alain et David Perlotto, ainsi que Steeve Louissaint, qui ont pris la plume pour l’occasion – ont fait rayonner le plus ancien club de Suisse encore en activité bien au-delà des frontières du canton, les femmes occupent une place spéciale dans la vie du club, depuis presque ses débuts. Ainsi, tout un chapitre de l’ouvrage leur est dédié.

On apprend ainsi qu’en 1931 déjà, «grâce aux efforts de Pierre Landolt, une équipe féminine est créée», sous le slogan «Droit au but». Faute d’adversaires dans le canton, elle va jouer à Genève. Il est rendu hommage à plusieurs joueuses yverdonnoises, dont Zézette Chevalley, élément de la première formation dames du club, qui a réalisé une belle carrière en équipe nationale.

Des résultats probants ont aussi été enregistrés par les dames, dont un titre de championnes suisses scolaires décroché en 1987. De belles pages parmi tant d’autres à découvrir sur papier.

 

Il défendra les couleurs de la Suisse aux Mondiaux

Olivier Schott fait partie de la sélection nationale 50+ qui se rend à Espoo dès ce week-end.

La persévérance paie. À 51 ans, Olivier Schott, qui joue toujours avec la 4e ligue de l’USY, vivra ses premiers Championnats du monde. L’Yverdonnois fait partie de l’équipe de Suisse des 50 ans et plus qui se rend à Espoo, en Finlande, pour le grand rendez-vous de maxi basket (dès 35 ans). «N’ayant jamais arrêté, j’ai encore tous mes repères sur le terrain. Quelques-uns de mes coéquipiers qui ont repris étaient un peu perdus au début, mais ça revient vite.»

Il faut dire que les Helvètes préparent l’échéance depuis le début de l’année en s’entraînant par région (Suisse romande, Suisse alémanique et Tessin), avec quelques rassemblements au programme. En match de préparation, Olivier Schott et ses camarades ont même battu l’Italie 55+. «Les Italiens n’ont pas apprécié…»

Trois sélections suisses se rendent en Finlande, les 40+, les 45+ et les 50+. L’évènement a lieu tous les deux ans et c’est la première fois que la délégation est aussi importante: ils seront 45 basketteurs et, pour beaucoup, la famille sera aussi du voyage. Il va y avoir de l’ambiance: «On s’y rend pour s’amuser, poursuit l’ancien joueur de LNA à Genève. J’ai toujours adoré le fait de partir en équipe, c’est pourquoi j’encourage toujours les entraîneurs du club à se lancer dans de telles expéditions.»

Sur les parquets d’Espoo, son équipe en découdra avec la Russie et la Finlande dans le groupe… G des 50+! C’est dire s’il y aura la foule, ce d’autant plus qu’il existe des catégories par tranches de cinq ans jusqu’aux plus de 80 ans! «On devrait disputer six matches en huit jours. Ça va être intense», piaffe le néo-international, les yeux brillants comme ceux d’un enfant.

Manuel Gremion