Logo

Le macaron étendu à toute la ville

27 novembre 2017 | Edition N°2132

Yverdon-les-Bains – Après un moratoire, la Municipalité a décidé de généraliser le macaron sur tout le territoire communal dans le courant de l’an prochain.

A l’instar d’autres zones de la ville, la rue des Moulins n’accueille pas que des véhicules des habitants du quartier. ©Carole Alkabes

A l’instar d’autres zones de la ville, la rue des Moulins n’accueille pas que des véhicules des habitants du quartier.

Introduit au centre-ville et au bord du lac, le macaron sera étendu à toute la ville d’Yverdon-les-Bains dans le courant de l’année prochaine. La Municipalité a, en effet, publié les prescriptions concernant le changement de signalisation dans les quartiers périphériques yverdonnois.

Les habitants de ces quartiers bénéficieront de macarons qui leur permettront de continuer à stationner sans restriction horaire. Par contre, les autres usagers, non détenteurs des autorisations -elles portent des lettres allant de C à Q en fonction de la zone de la ville concernée-, ne pourront pas stationner plus de trois heures les jours ouvrables, entre 7h et 18h. Le disque de stationnement sera obligatoire.

 

Eviter les reports

 

Les pendulaires, qui travaillent en ville ou prennent les transports publics sur le bassin lémanique, ne pourront ainsi plus stationner leur véhicule toute la journée dans ces zones. A la route de la Sallaz, la durée de 3h s’applique également aux camions avec remorques. Et à la Grève-de-Clendy, les dispositions visent aussi les remorques et voitures automobiles lourdes.

La mise en vigueur de la politique de stationnement par l’ancienne majorité municipale avait eu pour effet de repousser les voitures ventouse dans les quartiers périphériques. La Municipalité veut régler ce problème en allant vite. «Les macarons permettent de pacifier. On va les généraliser courant 2018. Il faudra aller vite pour éviter les reports et dégâts collatéraux», explique le syndic Jean-Daniel Carrard.

 

Tout a été prévu…

 

Si pour les habitants des quartiers la détente, en matière de stationnement, est à l’horizon, qu’en sera-t-il pour les pendulaires qui se rendent sur le bassin lémanique et ceux qui travaillent en ville d’Yverdon-les-Bains ?

«Tout a été étudié. Avec les P+R (parkings d’échange), on devrait disposer d’un nombre de places suffisant», relève Valérie Jaggi-Wepf, municipale en charge de la police et de la mobilité.

Autrement dit, le parking d’échange d’Y-Parc, encore sous-utilisé, devrait faire office de tampon, de même que les aires de stationnement de la plage et des Rives-du-Lac. Car il faut être réaliste, le silo à voitures lié au projet KinderCity et le P+R projeté à Edouard-Verdan, à l’entrée ouest de la ville, ne seront pas construits avant plusieurs années.

 

Grand chambardement

 

L’année 2018 sera donc celle du grand chambardement en matière de stationnement, en particulier lorsqu’il faudra procéder à la pose de la signalisation. Des opérations de pré-marquage, réalisées dans un passé récent, ont, à chaque fois, suscité l’émoi des résidents même si, au final, l’introduction du macaron devrait leur faciliter la vie.

 

Changer les habitudes

 

D’une manière ou d’une autre, les personnes qui viennent de l’extérieur -deux tiers des postes de travail de la ville (!)- pour travailler à Yverdon-les-Bains et ceux qui avaient coutume d’y laisser leur voiture pour se rendre ensuite sur leur lieu de travail avec les transports publics ou des collègues (co-voiturage) devront, à l’évidence, adopter de nouvelles habitudes, voire, lorsque cela est possible, renoncer à leur voiture.

Enregistrer

Enregistrer

Isidore Raposo