Logo

«Je me suis retourné et… il n’y avait plus personne»

7 août 2017 | Edition N°2053

Triathlon – Sylvain Fridelance est vice-champion d’Europe M23 ! L’athlète du Tryverdon n’a été devancé que par Bence Biscak, le local de l’épreuve, samedi à Velence, en Hongrie.

Le bouquet et la médaille d’argent pour Sylvain Fridelance (à g.). ©Steffen Grosse

Le bouquet et la médaille d’argent pour Sylvain Fridelance (à g.).

Au palmarès des Championnats d’Europe M23 de triathlon sont gravés des noms prestigieux, tels que ceux de Nicola Spirig (argent en 2005) et de Sven Riderer (or en 2002), pour ne citer que des exemples suisses. Samedi, Syvlain Fridelance, membre du Tryverdon, y a ajouté le sien en décrochant la deuxième place de l’épreuve dans la chaleur hongroise, à Velence. «Et ça, c’est un titre qui restera !», souffle, aux anges, le principal concerné.

 

Une épaule touchée

 

Un titre qui restera à la fois dans les tabelles, mais surtout dans la tête du natif de Saint-Barthélemy. Entre coups de stress et éléments qui ne semblaient pas s’aligner dans le bon sens, il raconte : «J’arrivais de Davos au tout dernier moment. J’y avais passé deux semaines pour m’entraîner, en altitude. Donc l’écart de température entre les montagnes des Grisons et la Hongrie, ça a déjà été un premier «choc». Et puis, je m’étais légèrement blessé à l’épaule. Pas vraiment l’idéal pour réaliser un bon parcours de natation. J’espérais pouvoir finir dans les cinq premiers, ça aurait déjà été excellent.»

Dans l’eau, pourtant, Syvlain Fridelance s’en sort bien. «Une partie correcte, sans plus», lâche-t-il. Cela lui permet d’intégrer un groupe d’une dizaine de cyclistes pour le vélo. Certains, malgré une course raccourcie en raison de la chaleur, craquent. L’athlète du Gros-de- Vaud, lui, ne faiblit pas. Lors de la deuxième transition, ils ne sont plus que six. «Je me suis retourné et… il n’y avais plus personne. C’est à ce moment-là que j’ai compris que le podium était à portée et qu’il fallait que je me batte pour l’atteindre.»

Une réflexion qu’il ne tarde pas à mettre en pratique, puisque, mise à part le Hongrois Bence Biscak, qui remportera l’épreuve quelques minutes plus tard, personne ne suit le rythme du coureur du Tryverdon. «Sauf que, sans le savoir, j’avais pris une pénalité de dix secondes au moment de descendre de mon vélo. Gros coup de pression, car je n’avais alors aucune idée de la raison et que personne ne semblait capable de m’indiquer comment la purger.»

Est alors revenu sur ses talons Mark Devay, un autre local de l’épreuve. Un adversaire qu’il est, après avoir relancé la machine à la suite de ses dix secondes d’arrêt, à nouveau parvenu à distancer. «Jamais encore cette année je n’avais passé la ligne avec un total sentiment de satisfaction. Depuis samedi, je peux dire que j’ai enfin réussi une course pleine. Au final, ni la chaleur, ni le parcours raccourci ne m’ont véritablement gêné.»

 

En confiance avant Stochholm

 

De retour en Suisse depuis hier soir avec ce fantastique résultat dans sa valise, le triathlète de Saint-Barth’ peut sereinement envisager l’étape des World Series de Stockholm, dans trois semaines. En Suède, il sera opposé au gratin mondial de la discipline. «Mais là-bas, pas question de viser le podium, un top 25 serait déjà génial.»

Seul regret, que Syvlain Fridelance oubliera vite en posant les yeux sur sa médaille d’argent : les Championnats d’Europe M23 se déroulaient en même temps que les Championnats de Suisse, à Nyon. Un événement sur lequel il a été contraint de faire une croix.

Enregistrer

Florian Vaney