Logo

«Mon travail avec Yverdon Féminin n’est pas achevé»

16 août 2019 | Edition N°2561

La relégation de LNA n’a pas entamé l’enthousiasme d’Amir Bilibani à la tête d’YF. Après une saison d’apprentissage, il est impatient de continuer à bâtir l’avenir.

Le FC Yverdon Féminin s’est baladé lors de ses rencontres amicales et celle de Coupe de Suisse  face à des formations des étages inférieurs. L’équipe a aussi su répondre présente lorsque l’adversaire était de la même catégorie. Au-delà des scores fleuves enregistrés contre les «petits» (victoires 7-1 contre Courgevaux, 10-0 contre Renens et 14-0 contre Morat), il a fallu batailler pour s’imposer 3-2 à Thoune. Un adversaire qui a terminé 2e du championnat de LNB l’an passé.

Dans les têtes comme balle au pied, les signaux sont au vert, après des années de nombreuses défaites et de lutte perpétuelle pour le maintien. «La relégation peut nous faire du bien, car on va essayer de jouer les premiers rôles», relève Admir Bilibani.

«À la Lulu Favre»

L’entraîneur entame son deuxième exercice sur le banc d’YF, et il y a pris goût. «Je suis encore là, car mon travail n’est pas achevé. Je vais continuer à travailler dans le même sens, en proposant un football au sol, avec de la vitesse et qui nécessite des supériorités numériques dans des petits périmètres, à la Lulu Favre, compare-t-il. Cela demande beaucoup de travail, mais la plupart des filles connaissent mes principes et y adhèrent. Elles prennent du plaisir et se donnent à fond. Si on crée une bonne unité, alors on pourra faire quelque chose de très bien.»

Avec le recul, après une saison où il a dû apprendre à connaître le milieu, Admir Bilibani assure qu’il ne manquait pas grand-chose à son équipe pour demeurer en LNA. «Peut-être une buteuse et une très bonne gardienne.»

Une brique après l’autre

La relégation ne doit surtout pas freiner la construction du futur. Au contraire. Ainsi, avec ses moyens, le club s’affaire à consolider sa structure. Nommé manager de la première équipe, Ragip Murati s’occupe notamment du recrutement (lire encadré). Le nouvel entraîneur-assistant est Milos Pekic, footballeur bien connu dans la région. «Il y a pas mal de petits éléments qui s’imbriquent, se réjouit Admir Bilibani. Les conditions ici sont excellentes, avec l’accès aux Bains et au fitness. Yverdon Féminin continue de former des jeunes et a d’excellentes perspectives.»

Rien ne presse toutefois. La promotion immédiate en LNA n’est pas l’objectif affiché. «On verra à Noël où l’on se trouve, mais je souhaite avant tout que les joueuses prennent du plaisir, qu’elles se donnent à fond et fassent preuve de discipline», insiste le technicien, avant de lâcher: «Je pense que mon équipe est meilleure que celle de la saison passée.»

 

 

Une internationale camerounaise et une arrière suédoise comme prochains renforts

Une dizaine de joueuses ont quitté les rangs d’Yverdon Féminin au terme de la saison dernière. Certaines ont arrêté, d’autres sont parties voir ailleurs, à plus bas niveau ou à Servette, en LNA. C’est le cas des deux titulaires Nathalia Spälti et Maeva Muino.

Pour compléter son effectif, YF s’est attaché les services de Mégane Djeaid et Saffira Guinand, en provenance de la relève des Young Boys. D’autres jeunes talents, comme Emeline von Dach et la gardienne Alana Jaquier (toutes deux sont internationales juniors), évolueront en LNB cette année.

«Le noyau de l’équipe a été conservé, et on souhaite œuvrer dans la continuité du projet entamé», souligne Admir Bilibani, qui compte encore sur quelques recrues pour boucler son groupe.

Madeleine Ngono Mani, internationale camerounaise de 35 ans (109 sélections, 49 buts), qui évoluait à Ambilly, en France, devrait être officialisée rapidement. L’attaquante faisait partie de la liste des 23 sélectionnées de la Coupe du monde 2019, tournoi auquel elle a dû renoncer, blessée. «Elle peut également jouer en soutien de l’attaque. Elle va nous apporter l’expérience qui a nous a manqué», souligne le coach nord-vaudois.

Le club devrait également concrétiser la piste qui mène à l’arrière centrale suédoise de tempérament Blerina Mazreku (Laholms FK), qui a d’ailleurs déjà évoqué son départ à Yverdon-les-Bains dans la presse de son pays, hier. «Le tout est de trouver un bon équilibre sur le terrain entre jeu et agressivité», insiste Admir Bilibani.

 

 

Un groupe à dix et un seul promu

Le championnat de LNB, qui reprend ce week-end, comporte dix équipes (trois tours, soit 27 journées au calendrier). Neuf sont alémaniques (Rapperswil-Jona, Schlieren, Walperswil, Lucerne, Derendingen-Soleure, Zurich M21, Worb, Thoune Oberland bernois et Aarau). Une seule formation sera promue au terme du présent championnat, bien que des discussions pour réaugmenter la LNA de huit à dix clubs aient cours et pourraient, à terme, déboucher sur l’augmentation des places à prendre pour rejoindre l’élite.

Yverdon Féminin entame le championnat demain, à 18h, sur le terrain du FC Lucerne. La première rencontre au stade municipal aura lieu le samedi suivant (24 août), avec la réception de Rapperswil-Jona.

Manuel Gremion