Logo

La neige ne fait pas que des heureux dans la Cité thermale et ses alentours

2 mars 2018 | Edition N°2197

Après les températures sibériennes des derniers jours, des chutes de neige ont pris le relais hier. Les employés du Service des travaux et de l’environnement de la Commune ont travaillé d’arrache-pied.

«Dans des situations pareilles, je conseille aux personnes qui sortent uniquement pour aller chercher une salade dans un magasin de reporter leur achat à une autre date.» Sandro Rosselet, chef du Service des travaux et de l’environnement d’Yverdon-les-Bains, ne manque pas d’humour, même si lui et la quarantaine d’employés chargés du déneigement des rues de la Cité thermale n’ont pas paressé hier.

«Lorsqu’il neige et que les gens veulent se rendre au travail en partant à la dernière minute et en croyant arriver à l’heure, ils cherchent des coupables. Pourtant, il faudrait d’abord qu’ils adaptent leur look et celui de leur voiture à la météo», glisse-t-il. Hier matin, quinze centimètres de neige sont tombés sur le territoire de la commune. Au total, les employés ont dû déblayer 20 000 m3 de neige, répartis sur environ 120 km2.

Les axes principaux en premier

«Les axes les plus empruntés, aussi bien par les piétons que par les automobilistes, sont déneigés en premier», précise Sandro Rosselet. Pour les routes, ce sont trois camions et un tracteur qui se chargent d’aider les voitures à circuler plus facilement.

Une quinzaine de véhicules légers, des pelles et d’autres outils de déneigement sont, eux, nécessaires pour permettre aux piétons d’emprunter les rues principales de la ville et les chemins menant aux écoles sans trop de difficulté.

Dès 3h30 hier matin, une trentaine d’employés de la voirie, aidés par une dizaine de travailleurs, qui s’occupent en temps normal de l’entretien des jardins et des parcs publics de la commune, ont travaillé sans relâche pour tenter de déneiger un maximum.

Nul ne sait précisément quand les conditions météorologiques redeviendront normales. De leur côté, les autorités communales ont prolongé le plan «grand froid» jusqu’à dimanche soir. Le Centre d’hébergement d’urgence yverdonnois La Lucarne pourra continuer à accueillir 35 sans-abri dans sa structure chaque nuit, alors qu’elle ne dispose habituellement que de 23 à 28 places.

Gianluca Agosta