Logo

“Nous allons à Thoune pour gagner”

24 juillet 2009

Le contingent d’Yverdon Sport s’est encore rajeuni, mais l’entraîneur Vittorio Bevilacqua assure que le moral est très bon au moment d’entamer une nouvelle saison de Challenge League, dimanche à 16h au Lachen.

Vittorio Bevilacqua, confiant.

Vittorio Bevilacqua, confiant.

Vittorio Bevilacqua entame sa deuxième saison à la barre du navire yverdonnois voguant en Challenge League. Avant d’affronter Thoune, dimanche à 16h au Lachen, l’entraîneur tessinois revient sur la préparation et évoque le championnat qui s’annonce.

Vittorio Bevilacqua, dans quel état d’esprit êtes-vous, à l’heure d’entamer cette saison?

Vittorio Bevilacqua: Le moral est très bon. Nous avons commencé la préparation assez tôt et, aujourd’hui, nous sommes confiants. L’état d’esprit aussi est excellent. Je demande une saine agressivité à mes joueurs et, à l’entraînement, ils jouent le jeu.

Un des objectifs de l’avant-saison était d’intégrer de très jeunes joueurs au groupe.

Oui. Cela s’est bien passé. Ils savent qu’ils devront se battre pour bénéficier de temps de jeu et je suis très content de ce qu’ils montrent. Aujourd’hui, je suis particulièrement satisfait de Jérémy Manière, qui peut vraiment prétendre à une place sur le terrain. Mais bon, à ce stade, je dispose de vingt joueurs, 21 si l’on compte Florent Pepsi, qui a été opéré et qui sera absent pendant une bonne partie du premier tour. Ils méritent tous de figurer sur la feuille de match, mais je ne peux en inscrire que 18.

Il y a eu beaucoup de changements dans l’effectif. Votre équipe sera-t-elle plus forte qu’elle l’était l’an dernier?

Non. Nous avons perdu sept joueurs, dont quatre titulaires indiscutables qu’il faudra remplacer. Si les jeunes et les nouveaux arrivés confirment, tout se passera bien. Mais l’équipe n’est pas plus forte. Elle est jeune, il faudra la former.

Vous souhaitiez un nouvel attaquant, susceptible de faire la différence. A ce jour, vous ne l’avez a priori pas.

C’est vrai, mais à l’heure actuelle, je n’en ai pas besoin. Si Edo ne se blesse pas, le titulaire, c’est lui. Je crois en ses qualités. Hicham Bouamri est aussi une solution.

Vous avez suivi le mercato. Quelles seront les équipes à suivre cette saison?

A mon avis, il n’y aura pas, comme l’an dernier, deux formations au-dessus de la mêlée. J’entrevois un championnat plus équilibré, avec Vaduz et Lugano comme favoris. Après, Servette, Lausanne et Wil ont de quoi jouer les premiers rôles. Pour notre part, si nous n’avons pas trop de blessés et de suspendus, nous pouvons terminer parmi les six meilleurs. Voire mieux. Il faut être optimiste.

Vous commencez contre Thoune, une équipe qui vous a plutôt bien convenu l’an dernier.

Oui, mais c’est une grosse cylindrée. Ceci dit, nous allons au Lachen pour gagner, pour produire du jeu offensif. Et je suis ravi: à l’exception de Pepsi, tous mes joueurs sont d’attaque. Je dispose donc de beaucoup de solutions.

L’équipe probable

Contre Thoune, Yverdon Sport devrait débuter la partie dans la composition suivante: Leutwiler gardera la cage, puisque Nicolas Jaksic ne sera probablement pas encore qualifié et que Christopher Meylan est actuellement engagé avec l’équipe nationale M19. En défense, Meoli et Sejmenovic formeront la charnière centrale, tandis que Büchel, à gauche, et Laugeois, à droite, seront latéraux. A mi-terrain, Oppliger et Zari joueront, serrés, devant un demi défensif, qui sera soit Suljevic, soit Manière. Edo sera seul en pointe, épaulé par deux ailiers légèrement en retrait. Bühler sera l’un d’entre eux, l’autre place se disputera entre Gourmi et Kwiek.

Lionel Pittet