Logo

«Si on a peur des duels, autant rester chez nous»

31 mai 2017 | Edition N°2007

Football – 1re ligue – Yverdon Sport se rend à Soleure ce soir, pour le match aller du premier tour des finales de promotion. L’entraîneur Anthony Braizat compte sur vingt guerriers.

Anthony Braizat s’attend à une rude bataille du côté de Soleure. ©Lado-a

Anthony Braizat s’attend à une rude bataille du côté de Soleure.

Le grand jour est arrivé. Ce soir, sur le coup des 22h, Yverdon Sport devrait être fixé. A Soleure, au terme du premier rendez-vous des finales de promotion, soit il aura confirmé son impressionnante saison régulière, soit la légende qui dit que les formations suisses-allemandes parviennent plus facilement à se sublimer dans les moments importants se sera, une nouvelle fois, vérifiée. A quelques heures du début de la «vraie saison», l’entraîneur Anthony Braizat fait le point.

 

Coach, quel chemin parcouru depuis votre premier match contre La Sarraz-Eclépens.

Je crois qu’on peut le dire, oui. Toute l’équipe a énormément progressé. Mais, dans le football, il n’y a pas de vérités immuables. Si on prend 4-0 ce soir, tout ce qui a été réalisé sera oublié.

 

Qu’est-ce qui a le plus changé ?

La communication avec le groupe et entre les joueurs. Aujourd’hui, tout le monde a une idée commune en tête et avance dans le même sens.

 

Vous avez réuni votre équipe après votre dernière victoire, samedi. Quels ont été vos mots ?

Que se qualifier pour les finales et terminer premier de groupe, c’était la partie facile. C’est maintenant, durant les finales, qu’il va falloir être fort. Le tout en restant positif dans le discours, bien qu’on n’ait pas réussi notre meilleure prestation face à Team Vaud.

 

Le FC Soleure, vous connaissez ?

C’est une équipe remplie de jeunes prometteurs, passés par Bâle, notamment, et entourés d’éléments d’expérience, à l’image de Loïc Chatton (ndlr : ex-Sion et Xamax, 14 buts cette saison), qui a connu la Super League. Une formation très agressive, qui n’aura pas peur de nous rentrer dedans.

 

On dit que les Alémaniques sont toujours prêts au combat. Qu’en est-il d’Yverdon Sport ?

Si on a peur d’aller au duel, autant rester chez nous. On sait à quoi s’attendre, on sait qu’on va devoir se montrer solidaires et combatifs dans toutes les situations. On devra faire abstraction de l’enjeu pour se focaliser uniquement sur le jeu.

 

Il y a pire comme déplacement, non ?

Au niveau du temps de trajet, oui, mais c’est le seul avantage. Lors des finales, il n’y a pas de bon tirage. Soleure est une équipe ambitieuse, qui a connu la Challenge League et qui veut y retourner. Ceci dit, notre plus gros adversaire reste nous-mêmes.

 

Vous avez effectué pas mal de modifications parmi vos titulaires ces dernières semaines. Connaissez-vous déjà votre onze ?

Oui, depuis un petit moment. Mais c’était important de donner du temps de jeu à tout le monde, pour pouvoir compter sur vingt joueurs compétitifs s’il faut pallier des blessures ou des suspensions.

 

Cela signifie qu’il pourrait évoluer ?

Absolument, en fonction de ce qui se passe durant ces 180 ou 360 -si on atteint le second tour- prochaines minutes.

 

Le coup d’envoi sera donné à 20h. D’ici-là, à quoi va ressembler votre journée ?

Déjà, on a gardé la même préparation que d’habitude, avec le décrassage du dimanche, instauré il y a quelques semaines, et un jour de récupération lundi. Aujourd’hui, on se retrouve pour prendre un repas ensemble à 16h15, puis on partira pour Soleure à 17h.

 

L’avant-match
Le point avec les équipes de la région

 

Finales de 1re ligue – 1er tour

Soleure – Yverdon Sport, ce soir à 20h au Stade du FCS.

Anthony Braizat avait ménagé certains joueurs et donné du temps de jeu à d’autres ces dernières semaines, histoire d’arriver aux finales avec un effectif aussi frais et polyvalent que possible.

Une mission accomplie, puisque le technicien ne devra se passer des services que d’un seul homme à l’heure de se rendre à Soleure : De Pierro. «Il a récemment contracté une petite gène à la hanche qui l’empêche d’être à 100% pour ce soir, explique le coach. Malgré tout, il peut toujours courir. On espère qu’il sera opérationnel, samedi, pour le match retour.»

 

Qualifications Coupe de Suisse

Bavois – La Chaux-de-Fonds, ce soir à 20h aux Peupliers

La formation de Bekim Uka doit passer par un tour de qualification propre aux équipes de Promotion League pour se qualifier pour les 32es de finale de la Coupe de Suisse 2017-2018. «On espère bien terminer, après avoir atteint l’objectif principal en championnat, le maintien, souligne l’entraîneur des Bavoisans. La saison a été longue et lourde. Le week-end dernier, on a laissé des forces à Brühl, en jouant par 30 degrés. Les gars sont fatigués, mais ce sera pareil pour nos adversaires. On doit faire un dernier effort, avant quatre semaines de pause bien méritées. Et puis, c’est la Coupe, il y a quelque chose de joli au bout.» Pour amener un peu de fraîcheur dans ses rangs, le technicien prévoit cinq ou six changements dans le onze qu’il alignera. L’équipe sera, toutefois, privée de Mallein, Markaj, Ombala, Pitronaci et Renatus (blessés). Makshana est incertain.

Enregistrer

Enregistrer

Florian Vaney