Logo

«On a tourné la page, mais on n’a pas oublié»

19 septembre 2019 | Edition N°2584

Le HC Yverdon entame le championnat samedi à Genève. Privés de play-off au terme d’une saison décevante l’hiver dernier, les hommes de Jiri Rambousek ont une revanche à prendre.

Un départ en fanfare, puis une interminable série noire de dix matches – dont sept à domicile – bouclés avec une seule victoire. L’automne 2018 du HC Yverdon avait été cauchemardesque, et avait contraint l’équipe de jouer un ultime match sans enjeu, entre le 9e et le 10e, à Saas-Grund. Un scénario que joueurs et staff ne veulent plus revivre. Tout le monde a fait les efforts en ce sens et, à l’heure de la reprise, l’équipe de l’entraîneur Jiri Rambousek est animée de nouvelles intentions.

Jiri Rambousek, le souvenir du dernier exercice est-il encore douloureux?

Non, car on a tourné la page. Mais on ne l’a pas oublié. On s’apprête à entamer la nouvelle saison avec un esprit de revanche, avec l’espoir d’avoir appris de nos erreurs.

Qu’avez-vous fait pour remédier aux problèmes rencontrés?

On s’est dit ce qu’on ne veut pas refaire et on a sensibilisé tout le monde sur le fait que chacun est responsable. Enfin, on a demandé plus d’engagement, et cela s’est déjà constaté durant la préparation d’été. Une saison est un long processus semé d’embûches et qui commence début mai. Il faut trouver des solutions et, à l’inverse, ne pas se chercher des excuses. On sait que le chemin ne sera pas facile, alors, dans la victoire, il faut savoir garder les pieds sur terre et, dans les moments difficiles, on doit se montrer capables de réagir rapidement.

Comment avez-vous fait passer le message?

On a beaucoup discuté avec les joueurs, notamment le week-end passé à Dijon. Une escapade qui nous a permis de sortir de nos habitudes, de passer des moments ensemble sur et hors glace. Après une belle soirée, on a organisé un laser game, puis on a affronté le club dijonnais (ndlr: victoire 5-3 contre cette formation de 3e division française). Surtout, on a eu deux séances: une pour fixer les objectifs et l’autre pour parler de comment parvenir à nos fins. On a évoqué l’échec, qui doit représenter une possibilité de rebondir vers de futurs succès. À l’inverse, quand tu es en haut, si tu arrêtes de travailler, c’est le début de l’échec.

Le message est-il bien passé?

Les joueurs n’ont pas attendu ces derniers jours pour réagir. Plusieurs étaient bien conscients qu’ils n’avaient pas évolué à leur niveau l’hiver passé. Pierrick Beutler, par exemple, était très déçu de ses performances, et il s’est présenté aux entraînements avec treize kilos de moins.

Quels sont les ambitions affichées?

Il s’agit d’objectifs à la fois mesurables et réalistes. En premier lieu, l’accession aux play-off, puis même atteindre le top 6 pour pouvoir disputer le masterround. Par ailleurs, on veut figurer parmi les cinq meilleures défenses et attaques du groupe. Enfin, on désire se qualifier pour la Coupe de Suisse.

Malgré la déception, la grande majorité des éléments de la saison dernière sont demeurés au club.

Et c’est une satisfaction. Les joueurs-clés sont tous encore là. Eux également ne veulent pas rester sur un échec et montrer qu’ils sont capables de faire mieux.

Votre campagne de recrutement a-t-elle permis de combler les besoins?

On recherchait un très bon attaquant de plus mais, dans les conditions actuelles de la 1re ligue, il n’y en avait pas sur le marché. Il faut dire qu’il y a beaucoup de clubs à proximité, et on ne souhaitait pas faire de folie. Par conséquent, on changé de stratégie. On vient d’engager le défenseur Matthew Perlmann, en provenance de Villars, et cela nous donne d’autres options. Habituellement, on repositionnait des attaquants en défense. Cette fois, on fait l’inverse: Adrian Baruchet jouera en attaque, tout comme Bryan Borgeaud – une position qu’il a déjà occupée par le passé –, alors que Iago Vazquez fera un peu des deux. Au final, on compte deux lignes pour faire la différence et une à deux autres, en fonction des juniors élite de Lausanne qui nous rejoindront de temps à autre, qui mettront beaucoup d’énergie.

À première vue, l’effectif paraît tout de même un peu court quantitativement.

Par rapport aux autres clubs du groupe, ce n’est pas le cas. On a quand même neuf défenseurs et onze attaquants en comptant Kevin Fleuty, qui bénéficie d’une licence B. À cela s’ajouteront les juniors lausannois. Des problèmes peuvent survenir si nos joueurs-clés sont absents. On les remplacerait alors par des éléments au profil bien différent.

Le championnat ne se déroulera qu’à treize équipes, puisque Villars s’est retiré il y a quelques semaines. Qu’est-ce que cela vous inspire?

Cela confirme deux choses à mes yeux. Premièrement, que la 1re ligue rencontre des difficultés. Beaucoup de clubs peinent à trouver des joueurs et de l’argent. Deuxièmement, on constate qu’il n’est pas possible de rester durablement dans la division sans un noyau de joueurs locaux, complété par quelques hommes de l’extérieur. C’est vraiment quelque chose à ne pas négliger. Bon nombre de nos éléments sont là depuis plusieurs années, et j’espère en ce sens que le HCY est devenu leur club.

Cela dit, vous évoluerez sans pression, car il n’y aura pas de relégué dans le groupe ouest au terme de cette saison.

Personnellement, cela ne m’enlève aucune pression, car celle que je me mets, c’est d’atteindre les play-off, voire un peu plus haut. Si l’objectif était de ne pas être relégué, cela ne me motiverait pas, pas plus que les joueurs.

Les matches de préparation ont été très serrés, trois se terminant même aux tirs au but…

Et la saison sera du même acabit. Le groupe ouest de 1re ligue est homogène, il n’y aura pas de match facile.

Qu’est-ce qui fera la différence dans un tel contexte?

La constance, et ce dans chacune des phases du championnat, ainsi que la capacité à réagir vite dans les moments difficiles. Il faudra parfois gagner sans la manière, voler quelques matches.

 

Contingent et transferts

Gardiens: Moritz Pfäffli, Thibaud Sauthier (Guin/MSL).

Défenseurs: Valentin Betschart (Valais Chablais II/1L), Sven Cordey, Valentin Cordey (Star Forward/ex-MSL), Jonas Heim, Maxime Litzler (juniors du club), Matthew Perlmann (Villars/ex-1L), Valère-Anthony Pizzirusso, Iago Vazquez, Dan Vidmer.

Attaquants: Léo Barillet (juniors du club), Adrian Baruchet, Pierrick Beutler, Bryan Borgeaud, Nicolas Gay, Giuseppe Pappalardo, Loris Pippia, Sascha Renaud (novices de Thoune, retour au club), Jérôme Vioget, Juris Zandovskis.

En licence B: Kevin Fleuty (attaquant, licence A au Locle), ainsi que plusieurs éléments des juniors élite A de Lausanne, dont l’identité est encore à définir.

Entraîneur: Jiri Rambousek.

Départs: Dylan Berutto (gardien, Star Forward/1L), Kilian Reidick (défenseur, Uni Neuchâtel/1L), Mathias Narbel (défenseur, arrêt), Mathieu Rochat (attaquant, Star Forward/1L), Jonas Curty (attaquant, Star Forward/1L), Aymeric Deschenaux (attaquant, Vallorbe/3L), Benjamin Paillat (attaquant, Renens Vipers/3L), Damien Köppli (attaquant, Renens Vipers/3L).

Manuel Gremion