Logo
Parcourir 240 kilomètres dans son usine pour lutter contre le cancer du sein
2,3 kilomètres parcourus en moyenne par chaque employé volontaire des UMV, pour lutter contre le cancer du sein. Crédit: Usines Métallurgiques de Vallorbe.

Parcourir 240 kilomètres dans son usine pour lutter contre le cancer du sein

7 octobre 2020

Des employés motivés des Usines Métallurgiques de Vallorbe se sont mobilisés pour Octobre Rose et la lutte contre le cancer du sein. Cela leur a coûté quelques gouttes de sueur et un bon nombre de kilomètres au compteur.

Ce mardi 6 octobre, ils ont été 104 employés des Usines Métallurgiques de Vallorbe à relever le défi: effectuer autant de fois qu’ils le souhaitent un parcours de 500 mètres, tracé au coeur des usines. Pour chaque tour effectué, un montant donné était reversé par l’entreprise à la Ligue contre le cancer suisse.

Au total, ce sont 477 tours qui ont été effectués, soit 240 kilomètres! En quelques heures, la somme de 2’500 CHF a pu ainsi être récoltée.

Pas de souper de boîte, mais une cause commune

La pandémie avait poussé les Usines Métallurgiques à annuler la plupart des évènements organisés chaque année pour ses employés. L’enveloppe budgétaire étant quasiment intacte, il a été décidé de la dépenser dans une bonne cause. “Nous voulions quand même nous rassembler, dans un élan de solidarité. Nous avons choisi de nous mobiliser pour Octobre Rose, car le cancer nous touche tous”, explique Aude Monnier, communicantes des UMV.

Ce rassemblement d’un genre nouveau pour l’entreprise a séduit de nombreux volontaires: “Les employés ont pris le projet à coeur. Ils étaient vraiment reconnaissants de cette initiative, qui n’est pas si courante pour une entreprise”, signale Aude Monnier.

Le Covid pourrait bien avoir initié malgré lui une nouvelle tradition: “C’est encore tout nouveau pour nous, mais nous renouvellerons peut-être l’opération l’an prochain. Ce serait bien de mettre cela en place chaque année! Cette fois-ci, ce sera peut-être pour Septembre Jaune, le mois de mobilisation pour les enfants… Qui sait!”.

 

 

Marine Brunner