Logo

Paré à monter en puissance

16 janvier 2019 | Edition N°2415

Yverdon Sport a repris l’entraînement lundi à Etoy. L’occasion de voir à l’œuvre les nouvelles recrues et de s’apercevoir que François Marque semble très en forme.

Montre de sport bien accrochée au poignet, chaussures et bas scintillants qui détonnent avec les habits noirs de ses coéquipiers, François Marque donne l’impression de ne même pas transpirer. «Il a passé tout l’hiver à s’entraîner, il n’a jamais été aussi en forme», glisse le président Mario Di Pietrantonio, venu assister à la reprise des entraînements d’Yverdon Sport. Alors que ses coéquipiers sont éliminés les uns après les autres lors du traditionnel «test des bips» synonyme de fin de vacances, le défenseur français enchaîne les allers-retours à un rythme toujours plus élevé. Adriano De Pierro, son compère en défense centrale, est le dernier à l’accompagner, puis finit par lâcher. Visiblement très affûté et libéré des problèmes physiques qui l’ont ennuyé ces derniers mois, François Marque poursuit l’effort encore quelques instants, avant de s’arrêter.

Berisha, comme prévu

Si la première séance d’entraînement de l’année donne rarement de grandes indications quant à l’état de forme des troupes, celle d’YS a tout de même permis de se faire une petite idée sur la santé de certains joueurs, outre celle de François Marque qui, donc, est plutôt au beau-fixe. Dernier arrivé en date au club, Florian Berisha semble, comme promis, tout à fait remis des blessures qui l’ont torturé récemment. L’ancien Servettien aux 135 matches de Challenge League a laissé une très bonne impression lors des exercices collectifs, à commencer par celui de la passe à dix. Vif, rapide et précis, le Valaisan n’a rien perdu de ses qualités. A l’entraînement du moins.

A noter la présence des deux autres recrues hivernales en provenance du Stade Nyonnais: Ridge Mobulu et Hugo Fargues. Raphaël Glauser, parti s’affirmer au Team Vaud, était aussi de la partie. A priori, l’ancien junior du club profite simplement de s’entraîner avec le groupe et ne sera pas engagé.

La semaine est également importante pour Kristian Kuzmanovic. Contraint de passer le premier tour en tribunes à cause de problèmes récurrents au dos, l’ex-milieu de Wohlen doit prouver aux yeux du staff et des dirigeants être capable de tenir le rythme. Il a d’ailleurs effectué la séance avec un echasuble distinctive et rempli le rôle de joker, s’intégrant à chaque fois à l’équipe en possession du ballon.

«Tout le monde veut venir»

Séance à laquelle ont assisté Bruno Caslei et Sébastien Le Neün depuis le bord du terrain. Si la blessure du premier est connue de longue date (il ne jouera pas ce printemps), celle du second est plus inattendue et assez embêtante. Déjà gêné en fin d’automne par son genou gauche, l’ancien de Bavois n’a constaté aucune amélioration durant la pause, malgré plusieurs infiltrations. «Pour l’instant, courir est impossible», grince le défenseur central.

Mis à part ce couac, Yverdon Sport nage plutôt dans une certaine sérénité. «Comme promis, on n’a pas chamboulé le groupe. Et pourtant, vous n’imaginez pas le nombre de joueurs qui veulent venir chez nous», se réjouit Mario Di Pietrantonio. L’entraîneur Anthony Braizat de reprendre: «On débute un bloc de sept semaines de préparation, c’est énorme. En comparaison, la plupart des équipes de ligue nationale se contentent d’en faire quatre. L’idée? Prendre notre temps pour monter en puissance», note le technicien, qui a insisté sur l’importance des efforts défensifs et à la récupération. «On a encaissé huit buts en dix-sept matches. Cette statistique, j’y tiens, et je l’ai rappelée tant aux anciens qu’aux nouveaux.»

Avant la reprise du 2 mars, YS enchaînera entre semaines d’entraînement sur synthétique à Etoy et sur herbe à Yverdon-les-Bains. Premier match amical: mercredi prochain à la Maladière, face à Xamax.

Florian Vaney