Logo

Le réalisme fuit encore Yverdon

19 février 2018 | Edition N°2188

Les joueuses de Frédéric Mauron se sont inclinées 4-1 contre Lucerne, alors qu’elles menaient d’une longueur à un peu plus de vingt minutes de la fin.

A la recherche de points pour prendre ses distances avec son poursuivant Aarau, le FC Yverdon Féminin s’est incliné 4-1 sur sa pelouse contre un FC Lucerne réaliste, samedi dernier. Comme souvent cette saison, c’est le dernier geste qui a fait chuter l’équipe de Frédéric Mauron, pourtant plus dangereuse et combative que son adversaire, jusqu’à une fin de rencontre cauchemardesque. Bien disposées tactiquement, les Yverdonnoises avaient bien négocié les débats avant cinq minutes décisives, entre la 77e et la 82e.

A l’approche du dernier quart d’heure, alors que le score en était à 1-1, Qendresa Krasniqi a traversé le milieu de terrain telle une danseuse de ballet. Elle a parfaitement servi Camille Antunes, qui s’est retrouvée face à la gardienne. «Dix fois sur dix à l’entraînement, Camille marque avec tranquillité», affirmait Frédéric Mauron, l’entraîneur d’Yverdon. Las pour lui et le public du Stade Municipal, la Nord-Vaudoise ratait son contrôle et passait à côté du 2-1 en faveur de sa formation.

«Au moins un point»

Cinq minutes après cette occasion en or, à la suite d’une déviation chanceuse, la Lucernoise Schegg était la plus prompte à réagir et à propulser le cuir au fond des filets, d’une tête à bout portant, pour donner l’avantage à ses couleurs. Un gros coup de massue sur la tête des footballeuses de la Cité thermale, qui menaient pourtant encore au score à peine vingt minutes plus tôt.

«C’est frustrant, car on avait les moyens de prendre au moins un point, estimait Frédéric Mauron. Il ne manque pas grand-chose, mais on subit de petites sautes de concentration qui arrivent chez de jeunes joueuses en match, alors qu’à l’entraînement elles sont parfaites et exemplaires! C’est un vrai plaisir et un honneur d’entraîner ces filles. Il est temps, maintenant, qu’elles soient récompensées sur le terrain. Cela passe par plus de réalisme.»

Les Yverdonnoises avaient dû attendre leur quatrième occasion de but pour ouvrir la marque par leur capitaine Audrey Riat, sur penalty. La sanction avait été obtenue par une Audrey Duclos toujours aussi engagée, malgré sa longue absence, sur son côté droit. Son apport en cette deuxième partie de saison sera crucial, de par l’énergie qu’elle transmet à toute l’équipe. Cinq minutes après l’ouverture du score, Lucerne égalisait sur sa deuxième occasion du match, par Remund.

Ce réalisme froid des Alémaniques a atteint son ironique paroxysme à la 85e: depuis son aile droite, Stapelfeldt a raté son centre. Le ballon a heurté la barre et est entré dans le but. A 3-1 pour les visiteuses, le match était plié. L’internationale suisse Reuteler est venue parachever le travail d’un lob somptueux. Le score de 4-1 est trop sévère vu la prestation d’Yverdon. Mais sans réalisme, YF n’avancera pas.

 

Yverdon Féminin – Lucerne 1-4 (0-0)

Buts: 64e Riat, pen. 1-0; 69e Remund 1-1; 82e Schegg 1-2; 85e Stapelfeldt; 93e Reuteler 1-4.

Yverdon: Bourgeois; Tamburini, Riat, Annaheim; Duclos, A. Fallet, Staffoni, Schneuwly (67e Maxhuni), Pajovic (46e Thomann); Krasniqi; Antunes (80e Staffoni), L. Fallet (86e Nkamo). Entraîneur: Frédéric Mauron.

Lucerne: Honegger; Bitzi, Lötscher, Häring, Felder (66e Schegg); Scheiber (58e Stapelfeldt), Wyser, Remund, Sager; Brütsch (80e Ruf), Reuteler. Entraîneur: Glenn Meier.

Notes: Stade Municipal, 150 spectateurs. Arbitrage de Pierre Collart qui avertit Schegg (90e, jeu dur).

Sandozan Kandasamy