Logo

Sa passion le propulse commandant

11 avril 2019 | Edition N°2476

Rances – Cavalier émérite, Alcide Pisler sera nommé à la tête du corps des chasseurs à cheval des Milices vaudoises, ce samedi à Chavornay.

Ce 13 avril fera date dans la mémoire du Ransignolet Alcide Pisler. Et il n’est pas exclu qu’il lâche une petite larme… Ce samedi, les Milices vaudoises défileront à Chavornay, et Alcide Pisler sera assermenté en tant que commandant du corps des chasseurs à cheval. Sa nomination a déjà été validée par l’assemblée générale, le 28 mars dernier. Cette cérémonie sera l’aboutissement de vingt-cinq ans de fidélité à la troupe d’honneur du canton de Vaud.

Entré en 1994 comme candidat milicien sous le commandement de Jean-Claude Rosat, et parrainé comme c’est la coutume par Roland Jordan, c’est maintenant à son tour de reprendre ce poste à responsabilité. S’il est toujours aussi passionné, c’est parce que cette activité lui permet de réunir les valeurs qui sont siennes: l’honneur, la fidélité, l’amitié, le respect, et son amour du cheval et de l’équitation. Cavalier émérite, éleveur atteleur et propriétaire de chevaux depuis quarante-sept ans, il n’est pas près, à 62 ans, de ranger ses étriers. Pas besoin d’un escabeau, il a encore le jarret solide et la souplesse indispensable pour se hisser en selle. Et à le voir monter son cheval baptisé Vendredi, dans le pré attenant à sa maison de Rances, dans une posture impeccable et son épée de milicien à la hanche, il a fière allure.

Sévère, mais juste

Pour une prestation, même de quinze minutes, l’uniforme d’entraînement noir aux galons jaunes est de rigueur. La selle de Vendredi, demi-sang suisse, arbore les étriers des Milices, qui permettent de poser le mât de l’étendard. L’équidé présente en outre un petit drapeau vaudois sur son harnachement de poitrail, et son tapis de selle est évidemment assorti à l’uniforme de son cavalier. Âgé de 14 ans, Vendredi «a du jus», comme se plaît à le relever Alcide Pisler. C’est une des raisons pour lesquelles il ne prêterait sa monture à personne. Même s’il avoue, avec une petite pointe de regret, qu’il n’a pas su – ou voulu – transmettre sa passion du cheval à ses trois enfants. «Peut-être que j’arriverai à mettre mes deux petits-fils en selle?», évoque-t-il.

Le commandant, qui est également premier adjudant du train dans l’armée suisse et qui porte étendard à l’infanterie de montagne, estime être sévère, mais juste. «Il faut de la discipline lorsque l’on mène des cavaliers. Un accident est vite arrivé. Il faut toujours observer et tout anticiper. Non seulement pour les spectateurs, mais aussi pour les hommes et les chevaux.»

Avec l’arrivée attendue des femmes au sein des Milices montées, Alcide Pisler nourrit l’espoir que sa passion se transmettra. Car, aujourd’hui, de moins en moins de cavaliers sont prêts à sacrifier tant de temps pour cet engagement. «Je pense que les femmes sont plus assidues que les hommes, avance-t-il. Avant, beaucoup de cavaliers avaient des professions libérales, qui leur permettaient de se libérer facilement. C’est de moins en moins le cas aujourd’hui. Si l’on veut que nos traditions perdurent, il est indispensable de savoir se renouveler.»

Homme de tête, il fait une belle paire avec son compagnon Vendredi, cheval de tête des Milices. «C’est lui qui ouvre le cortège. Dans ces moments, je fais corps et âme avec lui», révèle-t-il. Ce samedi, tous deux seront fiers des honneurs qui leur seront rendus. à leurs côtés, Maurice Boven, commandant depuis 2013, et sa jument Muscade, rejoindront le rang.

Infos pratiques

Prise d’armes: Il s’agit de la journée officielle des Milices vaudoises, qui a lieu le samedi le plus proche du 14 avril, date anniversaire de la première séance du Grand Conseil vaudois, en 1803.

à voir: Cet évènement se déroulera à Chavornay, ce samedi. Les Milices défileront dans les rues, dès 14h30, avant la prise d’armes, prévue à 15h15 à la place du Verneret. Un apéritif public suivra à 16h15.

Dominique Suter