Logo

Le «swing» de l’aviron ou la poésie du mouvement

26 avril 2017 | Edition N°1983

Aviron – L’Union nautique Yverdon ouvre grand ses portes dès ce soir et jusqu’à vendredi. L’occasion de faire découvrir un sport encore méconnu, qui ne manque pourtant pas d’atouts.

Voguer sur les eaux bleu azur du lac de Neuchâtel avec, en toile de fond, la Grande Cariçaie et les champs de colza : une sensation de liberté. ©Michel Duperrex

Voguer sur les eaux bleu azur du lac de Neuchâtel avec, en toile de fond, la Grande Cariçaie et les champs de colza : une sensation de liberté.

Doucement mais sûrement, l’aviron se fait une place dans l’offre sportive de la Cité thermale. Forte de plus de 150 membres, l’Union nautique yverdonnoise ne cesse de se développer, même si, paradoxalement, l’aviron reste un sport méconnu dans la région. Pour y remédier, le club yverdonnois organise, dès ce soir et jusqu’à vendredi, sa traditionnelle semaine portes-ouvertes. L’occasion pour les adultes et les enfants, dès 12 ans toutefois, de s’essayer aux joies de ce sport que l’on dit à la fois bon pour le corps, le cœur et le moral.

 

Ramer jusqu’ à la Menthue

 

Les Yverdonnoises Maude Quartier (à g.) et Kim Bolli, en parfaite harmonie. ©Michel Duperrex

Les Yverdonnoises Maude Quartier (à g.) et Kim Bolli, en parfaite harmonie.

«A Yverdon, les gens ne sont pas assez tournés du côté du lac. Ils confondent très souvent l’aviron, le canoë et le kayak», explique le président du club yverdonnois, Frédéric Bloesch. Ce n’est pourtant ni les infrastructures -elles ont subit une sérieuse cure de jouvence en 2009- ni l’environnement qui manquent. «Le lac de Neuchâtel est un formidable et splendide terrain d’entraînement. Par jour de beau temps, il nous arrive de ramer jusqu’à l’embouchure de la Menthue, à Yvonand. Même lorsque la bise souffle, le canal de la Thièle reste praticable sur environ 2 km, lâche le Nord-Vaudois, qui officie également en tant que président de la Fédération romande d’aviron.

Parmi les 150 sociétaires du club, un tiers sont des juniors (18 ans et moins), pour la plupart engagés en compétition, dont une grosse dizaine qui s’entraînent quotidiennement. «Les autres sont des monsieur et madame tout le monde. L’avironneur qui pratique ce sport pour le plaisir n’a pas de profil-type», insiste Frédéric Bloesch. Avant de préciser : «Mais la majorité des gens qui s’essayent à l’aviron ont entre 45 et 60 ans. C’est un sport qu’on appelle porté, très complet et sans mouvement brusque. Il est vraiment à la portée de tous.»

Autre avantage, l’activité peut être pratiquée par tous les temps et, pour les plus courageux, toute l’année. «Généralement, la saison débute en avril et se termine après les vacances d’octobre, souligne le passionné. Bien sûr, il y a toujours des irréductibles, comme dans tous les sports, mais le ponton gelé en décourage souvent plus d’un en hiver.»

Semaine portes-ouvertes dès ce soir jusqu’à vendredi soir (18h30 à 19h30). Union Nautique Yverdon, quai de Nogent 6, Yverdon-les-Bains. www.aviron-yverdon.ch

 

A la Vallée, ski de fond et aviron vont de pair

 

Du côté de la vallée de Joux, les avionneurs sont aussi de retour aux affaires. Fondé en 2010, le club franco-suisse organisera une journée portes-ouvertes, exclusivement dédiée aux jeunes, le samedi 13 mai prochain (de 9h à 13h).

«A la Vallée, l’aviron est cantonné à un rôle pédagogique, explique Ismaël Florès, président du club qui compte une grosse vingtaine de membres. Peu de jeunes le pratique à haut niveau. Il faut dire que l’offre sportive est dense dans la région et que, face à la randonnée ou au vélo, la concurrence est rude.» Pourtant, perché à 1000 m d’altitude, le lac de Joux, en plus d’être un joyau dans un écrin de nature, est un formidable plan d’eau qui offre moult avantages pour la pratique de l’aviron. «Même s’il n’est pas praticable toute l’année en raison du gel, c’est un lac rectiligne, étalé sur près de dix km et en partie abrité du vent, grâce à la Dent de Vaulion», souligne le sociétaire du club basé à l’Abbaye.

 

De 12 à 90 ans

 

A la Vallée, le ski de fond est roi. Mais ce sport d’hiver n’est pas un concurrent direct aux activités nautiques. Il s’avérerait même qu’ils puissent être complémentaires. «Les muscles stimulés sont identiques et les durées d’entraînement sont similaires. Même l’équipe de France de ski nordique s’y est mise, souffle-t-il. Mais l’aviron est à portée de tous, quelque soit l’âge. Le membre le plus âgé a 90 ans», sourit Ismaël Florès.

A noter que cinq séances découvertes, ouvertes à tous, et aux enfants dès 12 ans, seront également proposées tout au long de la belle saison. Plus d’informations sur www.cavj.ch.

 

Trois régionaux remportent l’or à Lauerz (SZ)

 

©Michel Duperrex

©Michel Duperrex

L’Union nautique yverdonnoise, emmenée par l’entraîneur lituanien Rolandas Kazlauskas, s’est illustrée, le week-end dernier, lors de la régate de Lauerz. Parmi les onze rameurs régionaux engagés sur le plan d’eau schwytzois, huit ont particulièrement brillé.

Bruno Sutterlet, Janès Bona, Louis Brand, tous trois du club yverdonnois, et Fabien Donzelli, de Fribourg (photo, de g. À dr.), ont remporté la médaille d’or en quatre de couple juniors M19.

Maude Quartier a, elle, gagné sa course en skiff M23 (individuel). L’Yverdonnoise, également engagée aux côtés de Kim Bolli, Josie Ehrbar et Morgane Baptiste, a également terminé troisième en quatre de couple seniors. Enfin, Samuel Stutz est, quant à lui, arrivé troisième en skiff master (individuel). De bon augure pour la suite de la saison.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Simon Gabioud