Logo

Le terrain qui bloquait tout un projet

3 octobre 2017 | Edition N°2093

Corcelles-près-Concise – Onnens – Après plus de sept ans d’attente, le projet d’agrandissement de l’Etablissement médicosocial (EMS) du Château de Corcelles-près-Concise pourrait enfin voir le jour, grâce à une entraide intercommunale.

La nouvelle annexe de l’EMS du Château de Corcelles-près-Concise, pourrait ouvrir ses portes d’ici à 2021, sur la parcelle agricole. ©Michel Duperrex

La nouvelle annexe de l’EMS du Château de Corcelles-près-Concise, pourrait ouvrir ses portes d’ici à 2021, sur la parcelle agricole.

La Municipalité d’Onnens a mis à l’enquête publique, jusqu’au 15 octobre, la modification du plan général d’affectation «Les Verchères ». Ce changement touche une parcelle de plus de 10 000 m2, située à côté du terrain multisports. Actuellement en zone d’utilité publique, elle passera, si aucune opposition n’est formulée, en zone agricole, donc non constructible. «Le but de cette opération est de permettre un échange de droit à bâtir en zone d’utilité publique, afin de compenser les besoins de l’Etablissement médico- social (EMS) du Château de Corcelles-près-Concise, explique le syndic d’Onnens, Alain Portner. La Commune restera propriétaire et recevra une indemnité de 70 francs par m2 sur la surface qui va être échangée, soit 5200 m2.»

 

Une phase décisive

 

Cette transaction est capitale pour Dominique Willer, directeur de l’institution : «Ce terrain permettrait de débloquer le projet d’agrandissement de l’EMS.» En effet, cela fait maintenant près de huit ans que la Fondation du Clos du Château est dos au mur. Depuis 2009, elle cherche à construire une seconde annexe pour ses résidents mais, comme la parcelle en question est située sur une zone agricole, il est impossible d’y ériger un bâtiment sans demander, au préalable, un changement d’affectation. «La Loi sur l’aménagement du territoire (LAT) nous oblige à compenser, explique Dominique Willer. Ainsi, pour passer nos 5200 m2 en zone d’utilité publique et donc constructible, nous devions trouver environ 10 000 m2 de terrain agricole.»

L’issue de cette mise à l’enquête est donc cruciale pour le directeur de l’EMS, qui prétend que le projet risque d’être «enterré» si cette première phase n’aboutit pas. Pourtant, il reste confiant : «J’ai déjà discuté avec les voisins et, normalement, il ne devrait pas y avoir d’opposition.»

 

Encore quatre ans d’attente

 

Si tout se déroule sans encombre, la prochaine étape est d’obtenir l’accord des conseils généraux d’Onnens et de Corcelles-près-Concise concernant le changement d’affectation du terrain et d’autoriser la transaction. Un appel d’offres pourra ensuite être lancé afin de sélectionner le bureau d’architecte qui portera le projet. «Pour l’instant, il est trop tôt pour savoir à quoi l’annexe va ressembler. Nous avons des normes à respecter, mais notre objectif n’est pas de construire sur l’ensemble des 5200 m2 (ndlr : le solde devra être mis en zone de verdure), explique Dominique Willer. Nous voulons ajouter seize lits (ndlr : aux 34 lits actuellement) et rénover l’ancien bâtiment pour ne proposer plus que des chambres individuelles.» Des travaux qu’il souhaite voir terminés d’ici à 2021. «Je compte large, mais j’espère que la réalisation du projet ira plus vite», conclut-il.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Christelle Maillard