Logo

Thermalisme dans de nouvelles mains

12 novembre 2012

Les actionnaires de Grand Hôtel des Bains S.A. et de Cité des Bains S.A. ont confié leur avenir à un conseil d’administration commun, élu vendredi soir.

Le syndic Daniel von Siebenthal et la municipale Gloria Capt représentent la Ville, actionnaire majoritaire, avec Yves Braunschweig, absent. Demian Hodari, expert de l’hôtellerie, et Paul Fehr, ancien patron de Schinznach Bad, complètent ce conseil d’administration.

Apeine élus, les nouveaux administrateurs de Grand Hôtel des Bains S.A. ont arpenté les couloirs de l’établissement. Il ne s’agissait pas de tuer le temps avant l’assemblée de Cité des Bains S.A., mais bien de faire le tour du propriétaire, histoire de se mettre dans le bain, et de se faire une petite idée des travaux à réaliser et des priorités. Cela bien entendu avant d’entrer en négociation avec les repreneurs potentiels. Car, qu’il s’agisse de l’hôtel ou du Centre thermal, il va falloir négocier aux mieux, en préservant les intérêts de la collectivité.

Aller de l’avant

En effet, la Ville, et par conséquent les contribuables, ont consenti des efforts considérables pour ces deux fleurons du tourisme local, le dernier en date sous la forme de deux préavis de 2,3 et 2,5 millions de francs.

Les actionnaires de Grand Hôtel des Bains S.A. ont été les premiers à se réunir, pour la dernière fois sous la présidence d’Olivier Kernen, pour une assemblée qui a duré un petit quart d’heure, et au cours de laquelle toutes les résolutions proposées par le conseil d’administration sortant ont été adoptées sans histoire.

Qu’il s’agisse de l’unification du capital-actions, de son augmentation financée par les crédits débloqués par le Conseil communal, ou encore de l’élection du nouveau conseil d’administration, ces opérations n’ont donné lieu à aucune discussion.

L’assemblée de Cité des Bains S.A. (Centre thermal), qui a eu lieu deux heures plus tard et a réuni une centaine d’actionnaires, a été ponctuée par quelques remarques. Mais les actionnaires minoritaires étaient bien conscients que les solutions proposées sont les seules susceptibles de favoriser la reprise, et donc le sauvetage, par un nouvel investisseur.

 

Retour devant le Conseil pour régler le foncier

Le conseil d’administration s’organisera d’ici fin novembre et nommera son président. «Nous avons déjà eu des discussions à ce sujet, mais le président sera nommé d’ici une dizaine de jours», précisait le syndic Daniel von Siebenthal. Les contacts seront ensuite pris avec les repreneurs potentiels. Le chef de l’Exécutif, et administrateur des deux sociétés, expliquait aussi qu’il serait vraisemblablement nécessaire de revenir devant le Conseil communal, non pas pour une nouvelle demande de crédit, mais bien pour entériner la solution qui sera préconisée pour régler les problèmes d’ordre foncier (droits de superficie, etc). «Il y a des aspects fonciers à prendre en considération, ce n’est pas encore clair», soulignait le syndic.

Isidore Raposo