Logo

Il transmet de l’émotion avec son violon

22 mars 2017 | Edition N°1960

Mathod – Jeune violoniste de 11 ans, Aimé Ducret a décroché, dimanche dernier, le premier prix dans sa catégorie au Concours de Musique Riviera. Pourtant, ce n’est pas sa technique qui a fait la différence, mais ses couleurs timbrales.

Les Ducret joueront à la Grande salle de Mathod, les 21 et 22 avril, pour la chorale Mathod-Suscévaz. Aimé Ducret suit des cours de musique au Conservatoire de Lausanne. ©Michel Duperrex

Les Ducret joueront à la Grande salle de Mathod, les 21 et 22 avril, pour la chorale Mathod-Suscévaz. Aimé Ducret suit des cours de musique au Conservatoire de Lausanne.

Elle est là, trônant fièrement au centre de la cuisine, la première coupe dorée d’Aimé Ducret. Ce violoniste de Mathod s’est démarqué, dimanche dernier, lors du Concours de Musique Riviera, qui a eu lieu sur les différents sites de Montreux, de Vevey et de Villeneuve. Avec une note de 98 sur 100, il s’est hissé à la tête de sa catégorie, composée de dix violonistes romands, tous plus âgés.

Aimé n’avait pas du tout imaginé décrocher la première place : «Quand il a appris son score, il est toute de suite allé vers les juges pour leur dire que ce n’était pas juste qu’il ait gagné, raconte son père, Jean-Christophe Ducret, qui a également été surpris de le voir en tête de liste. Avec son professeur (ndlr : Julien Zufferey), nous pensions qu’il n’obtiendrait pas plus que95, parce qu’il n’avait pas forcément la meilleure technique», précise son papa.

Il faut savoir que dans cette compétition, les musiciens sont primés selon un système de paliers. Ainsi, pour gagner une coupe, il fallait obtenir une note d’au moins 85 sur 100. Et 95 pour viser le premier prix.

Les notes de l’émotion

D’après le jury de la compétition, la technique des violonistes n’est pas le seul élément jugé. Le style est tout aussi important. Et c’est bien la sensibilité d’Aimé Ducret qui a conquis le panel.

«Nous étions étonnés qu’ils prennent en considération ce critère car, souvent, les juges préfèrent les musiciens carrés puisqu’ils sont plus constants», commente la maman du lauréat, Denitsa Kazakova, violoniste professionnelle et enseignante. Pour faire passer ses émotions et démontrer ses talents, Aimé Ducret a joué trois morceaux : «Premier solo» de Dancla, «Etude» de Goedicke et «Valse triste» de Franz von Vecsey, qui est l’un de ses favoris.

«Une facilité déconcertante»

Bercé par la musique dès son enfance, Aimé Ducret a empoigné son premier violon à l’âge de cinq ans. «Je sentais qu’il avait une oreille et une dextérité fine, ce qui est essentiel pour cet instrument», explique sa maman. Et elle avait raison, puisque son fils a déjà gagné un premier prix et deux médailles d’argent, depuis ses débuts dans les compétitions, il y a trois ans. Et il part en tournée à l’étranger avec son groupe Les Ministrings. «Il a une facilité déconcertante, mais nous ne voulons pas le pousser, parce que pour réussir à faire carrière, il faut vraiment jouer avec passion», poursuit-elle. C’est sûr que s’il travaillait autant que moi à son âge, il serait déjà très avancé.»

Mais cette semaine, Aimé Ducret n’aura pas d’autre choix que de s’entraîner sur ses partitions. Car le weekend prochain, direction l’Italie pour un concours de musique international.

Famille de musiciens

Avec une maman violoniste, un papa guitariste ainsi qu’un grand frère pianiste et flûtiste, difficile pour Aimé Ducret de passer à côté de la musique. Quand il sera grand, le jeune garçon espère d’ailleurs vivre de son art. Mais il ne dirait pas non à une carrière dans le domaine du dessin ou des mathématiques. En attendant de voir où la vie l’emmènera, il joue. Et parfois, avec toute sa famille, puisqu’elle participe et organise des concerts en mettant à profit les compétences de chacun.

Les Ducret joueront à la Grande salle de Mathod, les 21 et 22 avril, pour la chorale Mathod-Suscévaz.

Christelle Maillard