Logo

Trois buts, trois points et de l’espoir

25 avril 2016 | Edition N°1725

Football – 1re ligue – En s’imposant 3-0 contre Echallens, samedi, Yverdon Sport est revenu sur les talons d’Azzurri et de Bavois. Ousmane Traoré a été de tous les bons coups.

L’Yverdonnois Ousmane Traoré (en vert) était intenable. © Michel Duperrex

L’Yverdonnois Ousmane Traoré (en vert) était intenable.

«Après la gifle reçue le week-end précédent (réd: défaite 6-1 sur le terrain d’Azzurri Lausanne), on était obligés de réagir.» Et réaction il y a eu. Yverdon Sport a battu Echallens 3-0, samedi dernier, au Stade Municipal. Ousmane Traoré a été le principal artisan de ce succès, auteur d’un but et de deux passes décisives. «Aujourd’hui, tout le monde a fait son boulot pour arriver à ce résultat», tempérait l’ailier gauche d’YS.

Il n’empêche que c’est déjà lui qui a mis le feu aux poudres, après même pas trente secondes de jeu, lorsqu’il a débordé sur son couloir pour servir Isabella, seul au deuxième poteau. La reprise, à bout portant, du dernier nommé a été détournée miraculeusement par le gardien Richard. La réponse challensoise ne s’est pas faite attendre longtemps. A la 8e, l’excellent Réault expédiait le cuir sur la barre de Zwahlen. Entreprenants, les visiteurs ont tiré quatre fois en direction du but yverdonnois dans les dix premières minutes. Et pas sur des frappes alibi. On était parti fort, dans ce derby.

L’ouverture du score est tombée à la suite d’un corner (18e). C’est finalement au troisième ballon que Traoré a pu, du bout du soulier, donner l’avantage aux locaux. «Au foot, il faut aussi avoir de la réussite. Cette fois, on a été capables de concrétiser trois de nos occasions», se réjouissait l’enfant de Dakar. Mais avant qu’Yverdon ne se donne de l’air, il a souffert, manquant d’un peu de grinta.

En face, l’équipe de Stephan Cornu a pris les choses en main. Bryand a bien cru égaliser en deux temps (37e), mais il était hors-jeu. Deux minutes plus tard, Bahlouli s’est retrouvé seul, à la conclusion d’une incroyable action à une touche de balle de ses coéquipiers. L’attaquant a été surpris par la sortie rapide de Zwahlen. La formation du Gros-de-Vaud avait laissé passer le train. Après la pause, elle a buté sur des Yverdonnois organisés et appliqués. La seule frayeur est survenue quand le ballon a glissé des doigts de Zwahlen sur une intervention anodine. Sans mal.

De nouvelles perspectives

La délivrance est arrivée des pieds de Traoré et de la tête de Touré. Le Sénégalais a adressé un centre parfait en direction du Malien. Les interminables baguettes du second lui ont permis de s’élever assez haut pour inscrire le 2-0 (72e). En toute fin de match, Begzadic a scellé le score d’un subtil lob. Il a, lui aussi, été servi par l’ailier venu de Vevey, décidément de tous les bons coups. «C’est un nouveau club pour moi. Il m’a fallu un peu de temps pour m’adapter, avec des moments plus difficiles et d’autres meilleurs», glissait Ousmane Traoré, qui semble trouver ses marques dans la Cité thermale.

En l’absence des attaquants Eleouet, El Allaoui et Ahamada, ainsi que du percutant latéral Samandjeu, tous blessés, les Yverdonnois ont trouvé d’autres ressources offensives. Ce qui, si cela se confirme, ouvre de nouvelles perspectives.

Les trois points permettent aux hommes de Philippe Perret de demeurer dans le sillage des équipes de tête, aux basques de Bavois et Azzurri Lausanne, à cinq rondes de la fin du championnat régulier. Non, la saison d’Yverdon Sport n’est pas encore terminée.

Yverdon Sport – FC Echallens Région 3-0 (1-0)

Buts: 18e Traoré 1-0; 72e Touré 2-0; 91e Begzadic 3-0.

Yverdon: Zwahlen; Lauper, Rossé, Dia, Bamélé; Gudit (87e Vialatte), Morina, Begzadic; Isabella (60e Jimenez), Touré (76e Martinet), Traoré. Entraîneur: Philippe Perret.

Echallens: Richard; Da Veiga (76e Debluë), Salvi, Veuthey, Bryand; Bastardoz, Parra, D. Germanier; Réault; Bahlouli, (63e M. Germanier), Lokwa (81e Atkinson). Entraîneur: Stephan Cornu.

Notes: Stade Municipal, 420 spectateurs. Arbitrage de Fabian Hänggi, qui avertit Dia (36e, jeu dur), Gudit (66e, jeu dur) et M. Germanier (87e, réclamations).

Manuel Gremion