Logo

Un anniversaire célébré à toute vapeur

11 mai 2018 | Edition N°2244

La ligne Yverdon-les-Bains – Sainte-Croix fête cette année ses 125 ans d’activités. Plusieurs animations sont prévues.

«C’est un privilège de fêter le 125e anniversaire de cette ligne. C’est aussi l’occasion de remercier les usagers et de mesurer les changements qui ont été amorcés au fil du temps.» Daniel Reymond, directeur de l’entreprise de transport Travys, ne cachait pas sa satisfaction, mercredi, lors du lancement des festivités qui auront lieu tout au long de l’année, afin de célébrer «la plus spectaculaire ligne du Jura». «Cette date de 1893 coïncide également avec la construction du collège de la Poste», renchérit le syndic sainte-crix Franklin Thévenaz. Et de préciser: «Chaque semaine, plus de huitante élèves des villages de Baulmes et Vuitebœuf, ainsi que 200 étudiants du Centre professionnel du Nord vaudois  (ndlr: CPNV) prennent le train pour venir jusqu’ici.»

Machine à vapeur attendue

Pour marquer les réjouissances, Travys proposera à ses voyageurs de circuler à bord d’un train à vapeur, les 1er et 2 septembre. «Nous avons loué une locomotive d’origine portugaise, précise Daniel Reymond. Elle a été révisée en Allemagne avant de circuler dans les Franches-Montagnes.» A la gare de Sainte-Croix, plusieurs animations auront lieu à cette occasion et un brunch familial est prévu le dimanche.

Par ailleurs, les voyageurs pourront découvrir une rétrospective de photos qui retracent le passé de la ligne ferroviaire dans les différentes gares. A Sainte-Croix, un espace d’exposition a d’ailleurs été mis en place pour présenter plusieurs objets et des archives, entre autres.

Face aux défis de l’avenir

Depuis l’introduction de la cadence à la demi-heure en décembre 2015, la ligne a vu le nombre de ses voyageurs augmenter d’environ 20%. En 2017, plus de 700 000 passagers l’ont empruntée. «Face à cette croissance, nous devons moderniser notre infrastructure, constate le directeur de la société de transport. Des travaux de maintenance sont entrepris, mais cela peut engendrer des retards.»

Travys prévoit également de reconstruire les installations ferroviaires avec, notamment, un système de sécurité à la pointe du progrès. «Ce dispositif (ndlr: son coût s’élève à dix millions de francs) permettra de bloquer le train si le feu est rouge», indique Daniel Reymond.

Enfin, le président du Conseil d’administration de la société, Jacques-André Mayor, a souligné que les clients d’aujourd’hui et de demain réclament une meilleure information. D’ici la fin de l’année, Travys prévoit donc d’installer des écrans et des hauts-parleurs à chaque halte.

____________________________________________________________________

Prière de ne pas circuler le dimanche

En novembre 1893, le député et mécène William Barbey (1842-1914) a inauguré la ligne ferroviaire destinée à relier la Cité thermale au Balcon du Jura permettant ainsi l’essor industriel de Sainte-Croix. Animé par une fervente conviction chrétienne, il a financé l’installation, à condition que les trains ne circulent pas lors du congé dominical. Les autorités fédérales ont accepté cette disposition jusqu’en 1918.

Durant la première année d’exploitation, 56 422 personnes ont voyagé sur cette ligne. En 1960, ce chiffre s’élevait à 324 487 personnes. «Lors d’Expo 02, nous avons enregistré le plus fort taux de fréquentation avec plus d’un million d’usagers», indique Daniel Reymond.

Par ailleurs, le transport des marchandises a connu ses heures de gloire grâce à l’exploitation de l’usine des chaux et ciments de Baulmes. En 1913, plus de 60 000 tonnes de marchandises ont  été transportées sur les rails. Mais depuis 2016, la ligne est uniquement exploitée comme un RER.

Une locomotive à vapeur à l’arrêt de Six-Fontaines, en 1925. Cette photo d’archive est à voir dans l’espace d’exposition de la gare de Sainte-Croix.

Valérie Beauverd