Logo

Un corps en quête de reconnaissance

28 septembre 2016 | Edition N°1837

Yverdon-les-Bains – Angela Olivary fait partie des quinze candidates à briguer le titre de Miss ronde Suisse romande 2016. A l’aise, elle se livre avant le début des votes, samedi.

Angela Olivary entend bien profiter des votes des habitants d’Yverdon-les-Bains. ©Simon Gabioud

Angela Olivary entend bien profiter des votes des habitants d’Yverdon-les-Bains.

Elles sont quinze, jeunes et belles. Le 5 novembre prochain, elles viseront le couronnement ultime, celui de «Miss ronde Suisse romande 2016», la 3e édition du premier concours de beauté grande taille de Suisse. Parmi les candidates, l’Yverdonnoise Angela Olivary, 28 ans, seule représentante du Nord vaudois.

«Je me suis inscrite sur un coup de tête», relève d’entrée la jeune femme passionnée par le monde de la mode. Elle avoue avoir tout de suite été séduite par l’idée : «Je me suis dite : enfin un concours ouvert à d’autres types de morphologie que celles que l’on peut voir dans les concours de miss traditionnels.» Plus qu’une histoire de poids et de taille, c’est aussi une image, souvent dépeinte à tort, qu’elle souhaite redorer : «Dans l’imaginaire collectif, la femme ronde va de pair avec la malbouffe : c’est faux.» Si elle avoue que les personnes «rondes» accusent parfois une hygiène de vie peu recommandable, elle tempère : «Cela va dans les deux sens : quelqu’un de maigre n’est pas nécessairement en meilleure santé !»

«M’impliquer pour la cause des femmes»

A l’aise devant l’objectif, la jeune femme de 28 ans se plaît à varier les poses. ©Simon Gabioud

A l’aise devant l’objectif, la jeune femme de 28 ans se plaît à varier les poses.

Depuis le début de l’aventure en mai dernier, au gré des activités visant à prendre de l’assurance et à envoyer valser les complexes liés à leur taille, une véritable complicité s’est tissée entre les quinze candidates des quatre coins de la Suisse romande. «Toutes ont à coeur de combattre la stigmatisation dont sont victimes les personnes rondes : la femme est belle sous toutes ses formes ; à nous de le montrer», loue celle qui taille du 46.

La belle veille tout de même à ne pas confondre «acceptation» et «lamentation »: «A titre personnel, ce concours n’a pas une visée thérapeutique : je m’accepte comme je suis, et ce depuis des années. C’est surtout l’occasion de véhiculer un message et de se battre pour une cause.» Les femmes, en ce qui concerne l’Yverdonnoise. «Pas que les rondes, mais toutes !», précise celle qui espère profiter de la visibilité du concours pour redonner à la gent féminine sa juste place dans une société encore très genrée.

Si aujourd’hui Angela Olivary se dit en paix avec elle-même, elle admet que cela s’est fait au fil des ans. Dans la douleur, aussi : «Toute petite déjà j’étais rondelette. J’ai été persécutée physiquement et mentalement à cause de mon physique.» Elle poursuit : «Adolescente, c’était l’inverse : vers mes 16 ans, j’ai perdu beaucoup de poids et connu une période d’anorexie. Ce n’est que vers mes 20 ans que j’ai pleinement appris à m’assumer et à m’accepter telle que je suis.»

Soutenez Angela !

La finale du concours «Miss ronde Suisse romande 2016» se déroulera au Théâtre Benno Besson, à Yverdon-les-Bains. «Je jouerai à domicile, devant ma famille et mes amis, et dans une salle magnifique que je connais et que j’adore. Je me réjouis déjà !», s’enthousiasme la jeune femme de 28 ans. La présentation publique des candidates, ce samedi à Neuchâtel, ouvrira les votes. Pour donner votre voix à Angela Olivary, rendez-vous sur www.mrsr.ch.

Enregistrer

Simon Gabioud