Logo

Un coup de coeur théâtral pour les claquettes

19 janvier 2017 | Edition N°1916

Baulmes – Nadine Perusset, metteure en scène du spectacle «Claquettiste», a été élue personnalité préférée des lecteurs de La Région Nord vaudois pour 2016. Rencontre avec une femme passionnée par le théâtre, qui préfère se faufiler derrière les décors plutôt qu’apparaître sur le devant de la scène.

Nadine Perusset et sa comédie théâtrale et musicale «Claquettiste» ont suscité l’enthousiasme des spectateurs, le temps d’un été. ©Michel Duperrex

Nadine Perusset et sa comédie théâtrale et musicale «Claquettiste» ont suscité l’enthousiasme des spectateurs, le temps d’un été.

Clac, clac, clac, Claquettiste ! Le refrain de la comédie musicale et théâtrale en plein air de la carrière des Rochettes, à Baulmes, résonne toujours avec autant d’entrain dans le coeur de Nadine Perusset. C’est que la metteure en scène a été élue personnalité préférée de l’année 2016 par nos lecteurs, par 121 voix sur 562. Pour rappel, le spectacle, qui narre l’histoire de Léon, un jeune Baulméran prêt à toutes les péripéties pour vivre son rêve de claquettiste et voyager à travers le monde, avait suscité l’enthousiasme de près de 10 000 spectateurs, durant seize représentations, l’été dernier.

Nadine Perusset, vous êtes devenue la personnalité préférée des lecteurs de La Région Nord vaudois. Quelle est votre première réaction ?

C’est une belle reconnaissance de la part des lecteurs pour tout le travail accompli en faveur de ce spectacle. Le mérite revient également à tous les artistes et les bénévoles qui se sont investis à fond. Ce sont eux qui m’ont portée tout au long de cette belle aventure humaine.

Le théâtre a toujours été une passion pour vous ?

Depuis ma plus tendre enfance, à Daillens, je suivais ma mère lorsqu’elle jouait au sein du Théâtre du Jorat et qu’elle chantait avec le chef d’orchestre Michel Corboz. Grâce à elle, je me suis découvert une passion pour le théâtre, qui ne m’a jamais quittée.

De plus, je buvais les paroles de mon grand-père, lorsqu’il récitait le poème «La Venoge» de Jean Villard Gilles ou «Les falots d’Oulens».

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer un événement d’une telle ampleur, qui plus est dans une carrière ?

En 1986, j’ai intégré le Groupe théâtral de Baulmes (GTB), pour lequel j’ai réalisé plusieurs mises en scène. Le 1er août 2012, nous avons organisé la Fête nationale dans l’ancienne carrière des chaux et ciments du village. Lorsque les flammes se sont reflétées sur la paroi rocheuse, j’ai été subjuguée par le potentiel scénique de ce lieu magique. De surcroît, cela faisait longtemps que je voulais réaliser un grand événement théâtral et musical en faisant participer les villageois.

Est-ce que les Baulmérans ont joué le jeu ?

Oui, leur enthousiasme m’a beaucoup émue. Ce que je ne savais pas, à l’époque, c’est que notre village regorge de véritables talents artistiques. Cette comédie théâtrale et musicale a suscité un réel engouement. C’était magnifique !

Pourquoi avez-vous souhaité créer un spectacle de toute pièce ?

Un jour, alors que je cherchais une pièce de théâtre existante pour notre spectacle et que j’étais littéralement en panne d’inspiration, mon fils est entré dans mon bureau en faisant quelques pas de claquettes. A ce moment-là, je me suis dit qu’il fallait écrire notre propre pièce. Avec Chantal Besuchet, nous avons développé un fil rouge avec une intrigue. J’avais, dès le départ, une idée très précise de la mise en scène de ce spectacle. Je voulais qu’un lien se tisse entre le protagoniste et la carrière des chaux et ciments.

Comment se sont déroulées les représentations, était-ce stressant pour vous ?

C’était une aventure des plus palpitantes. Chaque soir, il fallait tout donner. Bien sûr, il y a toujours des choses qu’on peut améliorer, mais j’ai également dû apprendre à lâcher prise et à laisser les acteurs faire leur show.

Un soir, j’ai eu un grand moment de solitude. Alors qu’il avait beaucoup plu, nous avons eu une panne d’électricité de deux minutes : les plus longues de ma vie. Heureusement, personne n’a rien remarqué ! Par ailleurs, un âne devait monter sur scène ; ma crainte, c’était qu’il prenne peur et refuse d’avancer…

Selon vous, qu’est-ce qui fait le succès d’un tel événement ?

Un spectacle, c’est un peu comme une recette de cuisine, il faut que ça éclate en bouche. Créer un tel univers artistique nécessite plusieurs ingrédients : du théâtre, de la danse, du chant, de la musique, du show et surtout beaucoup d’émotion.

Si cette aventure était à refaire ?

Demain, sans faute (rires)! «Claquettiste» restera, sans doute, l’une des plus belles aventures humaines de toute ma vie. J’ai rencontré de belles personnes et apprécié l’échange entre les professionnels et les amateurs.

Avez-vous de futurs projets théâtraux ?

Je fourmille toujours de mille idées (rires). Pour l’instant, je vais me focaliser sur la prochaine pièce de théâtre avec les acteurs du GTB, qui devrait voir le jour dès 2018.

Le podium

Nadine Perusset. ©Michel Duperrex

Nadine Perusset.

Nadine Perusset
La reine des claquettes
Première avec 21%

 

 

 

Loïc Gasch. ©Michel Duperrex

Loïc Gasch.

Loïc Gasch
L’athlète à la hauteur
Deuxième avec 16%

 

 

 

Franck Giovannini. ©Michel Duperrex

Franck Giovannini.

Franck Giovannini
Le prodige des fourneaux
Troisième avec 14%

Un gagnant pour le home-cinéma !

Marcel Ermini, d’Orbe, est le grand gagnant de notre tirage au sort. Il remporte un superbe système Home Cinema Sony HTRT 5. La Région Nord vaudois le félicite et le prie de bien vouloir venir chercher son lot jusqu’au 28 février 2017.

Enregistrer

Valérie Beauverd