Logo
Un plan pour dynamiser l’offre culturelle yverdonnoise
. © Michel Duperrex

Un plan pour dynamiser l’offre culturelle yverdonnoise

24 février 2021

Yverdon-les-Bains, deuxième ville du canton de Vaud, veut doper son offre culturelle. Elle dévoile un plan directeur de la culture, qui dessine les grandes lignes pour les 10 prochaines années. Mais il est trop tôt pour dire si des moyens financiers supplémentaires seront débloqués.

 

La municipale Carmen Tanner a présenté mercredi le nouveau plan directeur de la culture à l’horizon 2030 (PDC30). Ce document a été dévoilé à l’issue d’une démarche participative menée auprès de la population (480 idées reçues) et après une maturation, par étapes, du projet auprès de la municipalité.

“On a pris le temps de se mettre d’accord. Mais c’est la stratégie d’une municipalité. Il y a une belle unanimité pour ce projet”, a expliqué Mme Tanner. Le volet financier a pour l’heure été mis de côté, l’exécutif voulant d’abord s’entendre sur une vision commune.

Offre limitée

A l’exception de la Maison d’Ailleurs, Yverdon-les-Bains a longtemps souffert d’une offre culturelle limitée, ayant peu d’écho hors la région. La donne est en train de changer. Depuis dix ans, la ville a développé son offre jeune public, ouvert en 2013 un Centre d’art contemporain et stimulé l’événementiel en accueillant notamment la Schubertiade en 2017 ou la fête des yodleurs en 2018.

Pour passer à l’étage supérieur, le nouveau plan directeur de la ville se décline en cinq champs d’action: le premier vise à réinjecter de l’art dans la ville, une manière de “rendre l’art accessible à tous sur le territoire communal. Il y a un grand potentiel à Yverdon”, a expliqué le chef de service Raphaël Kummer. Cela pourrait se concrétiser par une sculpture lumineuse au nouveau collège des Rives ou une oeuvre pour la passerelle sur la Thièle.

Vie nocturne

Deuxième axe: la dynamisation de la vie nocturne. Rares sont aujourd’hui les lieux yverdonnois où sortir le soir après 22h00. L’objectif est de développer l’offre cinématographique – un seul exploitant pour l’heure – et festive.

“Il faut renforcer l’attractivité de la ville, notamment pour les 5000 étudiants qui n’y font parfois que passer”, a relevé Gil Vassaux, chef de projet. “Une vie nocturne et culturelle dynamiques font partie des conditions cadre pour le développement économique d’une ville”. Des assises de la vie nocturne seront organisées.

Un patrimoine à valoriser

La valorisation du patrimoine local – troisième thème – passera par la redynamisation du centre-ville historique. Des itinéraires régionaux permettront de redécouvrir le château, qui abrite un musée, et de le relier à d’autres sites comme la Maison d’Ailleurs, le château de Grandson ou le musée d’automates de Ste-Croix.

Un accès élargi à la culture – en cassant un maximum de barrières physiques ou psychologiques – ainsi qu’un soutien et une reconnaissance du travail des artistes constituent les deux derniers champs d’action prioritaires du PDC30. Sans oublier la durabilité, qui est intégrée au plan en tant que mission transversale.

Sports 5 pas enterré

En marge de sa présentation, Carmen Tanner a rappelé que le projet Sports 5 – qui a récemment suscité le débat – faisait toujours partie du plan directeur culturel. Ce site – qui doit accueillir des activités sportives et culturelles – “est perturbé par le retrait d’un investisseur. Mais cela n’annule pas la volonté de la ville de poursuivre. Cela prendra un peu plus de temps”, a-t-elle déclaré.

ATS