Logo

Un repas contre un tableau de Mafli

1 mai 2015

Yverdon-les-Bains – Un habitant de la ville possède une oeuvre du célèbre peintre. Un cadeau offert par l’artiste, de passage dans la région, afin d’immortaliser la Grande Cariçaie.

Heinz Luckehe est le détenteur d’un tableau du peintre suisse-allemand Walter Mafli immortalisant la Grande Cariçaie (en arrière-plan). © Nadine Jacquet

Heinz Luckehe est le détenteur d’un tableau du peintre suisse-allemand Walter Mafli immortalisant la Grande Cariçaie (en arrière-plan).

Heinz Luckehe, 80 ans, n’est pas peu fier de présenter l’oeuvre de Walter Mafli, à laquelle il a réservé un emplacement tout particulier dans son domicile yverdonnois. «C’est une reproduction parfaite de la nature à cet endroit», commente-t-il. Ce décor de roseaux entrecoupé de quelques arbres jouxtant une étendue d’eau, c’est la Grande Cariçaie vue de Champ-Pittet. Un décor que l’artiste saint-gallois était occupé à peindre lorsqu’un groupe de chasseurs l’a rencontré.

«C’était il y a 30-35 ans», estime Heinz Luckehe, sans pouvoir donner la date exacte, précisant que son beau-frère faisait partie de l’expédition. «Ils allaient chasser le colvert dans le marais», indique-t-il. Les participants à ces journées au vert avaient pris pour habitude de se réunir, en guise d’épilogue, dans un «stamm» du bord de la Thièle pour déguster la cuisine de la belle-soeur de l’octogénaire. «Elle s’était spécialisée dans la préparation de plats de chasse», commente Heinz Luckehe. Le peintre Walter Mafli a eu l’occasion de goûter à ce savoir-faire, le groupe de chasseurs l’ayant invité à se joindre aux convives.

Le tableau en cadeau

Le repas et le moment de convivialité proposés lui ont sans doute beaucoup plu, car il a fait don de son tableau de la Grande Cariçaie à ses hôtes. Une oeuvre dont a hérité son possesseur actuel, suite au décès de sa belle-soeur et de son beau-frère.

Ayant appris la tenue de l’exposition du centenaire du peintre jusqu’au 25 mai à l’Abbatiale de Payerne, Heinz Luckehe aimerait s’y rendre prochainement pour admirer ses oeuvres. Il espère, aussi, pouvoir rencontrer l’artiste domicilié sur la Commune de Lutry.

«Ma femme dessinait. Je me suis intéressé à la peinture grâce à elle. Nous avons ramené des tableaux -originaux ou copies- de nos voyages dans le monde entier», relève l’Yverdonnois, en fin connaisseur.

Ludovic Pillonel