Logo

Une pétition portée par le vent

3 octobre 2018 | Edition N°2344

Nord vaudois – Plus de 13 600 signatures ont été déposées, hier au Grand Conseil, pour empêcher l’implantation de trois parcs éoliens sur les crêtes jurassiennes.

Sous le vent et malgré le fait qu’ils ont essuyé des refus et des averses, les pétitionnaires qui veulent sauver le paysage situé entre le Chasseron et le Creux-du-Van ont récolté 13 619 signatures, en moins de cinq mois. Ils les ont déposées, hier, devant les portes du Grand Conseil, à Lausanne. «Cette région est l’une des rares en Suisse à ne pas être industrialisée, il faut la préserver», a déclaré Jean-Marc Blanc, secrétaire général de la fédération Paysage-Libre Vaud, satisfait du succès de ce texte. Avec d’autres organisations comme Pro Natura Vaud, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage et BirdLife, Jean-Marc Blanc veut empêcher l’implantation de trois parcs éoliens, prévus à la Grandsonnaz, à Provence et à Grandevent. Si ce dernier a pris du retard, les deux autres sont, en revanche, plus avancés. «Cette zone permet à de nombreuses espèces d’y vivre et nous n’allons pas sacrifier nos paysages sur l’autel du gaspillage énergétique, a relevé Michel Bongard, de Pro Natura. L’une des manières d’économiser de l’énergie consiste à mieux isoler nos bâtiments.» Quant à François Turrian, directeur romand de l’Association suisse pour la protection des oiseaux Birdlife, il craint l’impact de «ces machines» pour l’ensemble de la biodiversité, et notamment pour l’aigle royal, de retour sur les crêtes jurassiennes.

«Notre projet sera soumis à l’enquête publique d’ici à la fin de l’année 2019», annonce Pierre Gautier, administrateur des Services industriels genevois et président du conseil d’administration de la société Ennova, chargée d’installer quinze éoliennes sur le site de la Grandsonnaz. «C’est le jeu démocratique et nous sommes conscients qu’il y aura des oppositions, mais je rappelle que le peuple a voté en faveur de la stratégie énergétique.» Par ailleurs, la société a organisé un parcours didactique pour expliquer le fonctionnement des éoliennes au public.

Demande d’inscription à l’IFP

Opposé à l’implantation d’éoliennes sur les crêtes jurassiennes, le conseiller national UDC Michaël Buffat s’apprête, quant à lui, à déposer une demande auprès du Conseil fédéral pour classer la région du Chasseron à l’Inventaire fédéral des paysages (IFP).

____________________________________________________________________

«Le Chasseron, c’est la Mecque du ski de fond»

De gauche à droite de l’échiquier politique, plusieurs politiciens dénoncent l’implantation des parcs éoliens. «Cette région, je la parcours tous les week-ends en famille et je l’aime, a déclaré Yvan Pahud, député UDC qui travaille comme entrepreneur forestier à Sainte-Croix. Le Chasseron, c’est la Mecque du ski de fond, mais on ne pourra pas attirer des touristes avec de l’éolien.» Selon lui, le Conseil d’Etat vaudois devra «prendre des mesures pour ne pas dévaster cette région.» L’élu a d’ailleurs déposé une interpellation pour geler la planification des parcs éoliens. Au sein de son parti, les avis divergent pourtant. «Certains de mes collègues soutiennent la promotion des éoliennes, c’est une question très personnelle, reconnaît-il. Mais moi, j’ai décidé d’avoir du cran et de déclarer mon non-intérêt.»

Valérie Beauverd