Logo

Une première pierre symbolique

27 mai 2019 | Edition N°2506

Si Yverdon Sport commence la prochaine saison comme il a terminé l’actuelle, les perspectives sont excellentes. Samedi à Köniz, Muamer Zeneli a notamment scellé la marque (1-4) d’un fantastique lob de 50 mètres.

Muamer Zeneli n’avait de loin pas réussi le meilleur tour de sa carrière jusqu’ici, ce printemps. Depuis sa blessure à une cheville en fin d’année dernière, il avait comme perdu un peu de son identité, pourtant si affirmée d’habitude. Il était toujours un titulaire indiscutable, ne commettait pas de grosses erreurs défensives, mais l’ancien du FC Bavois jouait sans cette folie qui en fait un joueur tellement à part. Et voilà qu’est arrivé ce ballon, intelligemment remis par Florian Berisha et roulant en direction de la ligne médiane. En un coup d’œil, le gaucher a fait le lien entre le gardien de Köniz trop avancé et cette balle «idéale» se retrouvant dans ses pieds, à 50 mètres du but. Trois secondes plus tard, après un envoi de sa patte magique, le cuir était au fond, non sans avoir touché deux fois la latte. Une réussite complètement folle.

Celui qui a disputé sa deuxième rencontre sur l’aile gauche, après une saison passée en tant que latéral, un cran plus bas, peut mettre à son crédit un excellent timing (l’arbitre a sifflé la fin de la saison quelques secondes plus tard) et le fait d’avoir inscrit un autre fort joli but dix minutes plus tôt. Tous deux peuvent paraître anecdotiques, sachant qu’YS s’est imposé 1-4 samedi, mais leur dimension symbolique est énorme. Ils doivent représenter la première pierre d’un Yverdon Sport souverain, qui devra régner en maître sur la Promotion League la saison prochaine.

En août, les Yverdonnois entameront leur troisième exercice de suite à ce niveau. Le premier avait servi de rodage? D’accord. Les Verts ont eu le malheur de tomber sur un os nommé Stade-Lausanne-Ouchy lors du second? Bien. D’ici deux mois, plus question de se trouver des excuses ou de se cacher derrière des apparences. Yverdon a indéniablement progressé entre sa première et sa seconde tentative de promotion (+10 points par rapport à l’an dernier en ajoutant les six points perdus sur tapis vert). Et les chiffres de ces dernières saisons le prouvent: être promu avec 66 points n’a rien d’utopique. Reste maintenant à franchir l’ultime marche.

Une attaque à rebâtir

Pour cela, les Nord-Vaudois ont un grand chantier devant eux: celui de leur secteur offensif, dans la mesure où Alessandro Ciarrocchi et Janko Pacar ne se sont pas vu proposer de prolongation de contrat. Beaucoup d’attentes étaient placées sur les épaules du premier, par rapport à son expérience et à ses prétentions. Certains pourront considérer que ses quinze buts en 26 matches disputés ont constitué une réponse suffisante, voire satisfaisante. Les dirigeants yverdonnois n’étaient pas de cet avis-là. La décision de se séparer de Janko Pacar est, elle, nettement moins surprenante. L’ancien buteur du FC Wohlen a bien tenté de faire changer d’avis les hommes fort d’YS avec un joli sursaut d’orgueil en fin de championnat (il a marqué les deux premières réussites de son équipe samedi), mais son réveil a été bien trop tardif pour compenser son attitude insuffisante sur le terrain depuis le début de la saison.

Ce ne sont pas les candidats qui manquent pour prendre leur place et Yverdon Sport n’aura pas le droit à l’erreur. La défense – la meilleure de la ligue, avec 17 buts encaissés en 30 parties – a donné entière satisfaction et ne devrait que peu changer. Le constat est également positif au milieu, où YS devrait notamment compter sur le retour de blessure de Bruno Caslei pour donner cette impulsion vers l’avant qui fait encore parfois défaut. Reste désormais à trouver ce ou ces tueur(s), qu’Yverdon Sport aimerait forcément à la fois rapide(s), capable(s) de peser dans le jeu aérien (un secteur du jeu primordial à Yverdon) et tranchant(s). Bref, la ou les perle(s) rare(s) en mesure d’emmener le club en Challenge League.

 

Köniz – Yverdon Sport 1-4 (0-1)

Buts: 12e Pacar 0-1; 44e Naili, pen. 1-1; 75e Pacar 1-2; 86e et 93e Zeneli 1-4.

Köniz: Leite; Stauffiger, Cinquini, I. Harambasic, Sadiki, Carrasco (83e Emurli); Wyder (83e N’Koku), D. Harambasic (67e Boillat), Naili, Trachsel (67e Budakova); Avdukic. Entraîneur: Silvan Rudolf.

Yverdon: Sallaj; Maroufi, De Pierro, Marque, Cazzaniga; Ndzomo (85e Gudit); Mobulu (73e Berisha), Lusuena, Fargues, Zeneli; Pacar. Entraîneur: Anthony Braizat.

Notes: stade du Liebefeld, 100 spectateurs. Arbitrage de Fabian Hänggi, qui avertit Marque (30e, réclamations), I. Harambasic (59e, réclamations).

Florian Vaney