Logo

Une semaine de camp pour parfaire la polyvalence

12 juillet 2018 | Edition N°2287

Une quarantaine de jeunes âgés de 11 à 15 ans participent au traditionnel camp sportif.

Judo, waterpolo, paddle ou encore kin-ball. Voici un rapide florilège des nombreuses activités qui sont proposées au camp d’été  de la ville d’Yverdon-les-Bains. En chef de file du projet, se trouve Blaise Brocard, 42 ans (en médaillon). Le maître d’éducation physique au CPNV fête, cette année, sa 13e participation en tant que moniteur et, surtout, sa 11e  à la tête de l’organisation. Désormais père de deux enfants, il a décidé de céder la coordination du camp dès l’année prochaine, et ainsi, de consacrer plus du temps à sa famille. Néanmoins, il n’exclut pas la possibilité de revenir dans la peau d’un simple moniteur.

Pour cette édition, il est accompagné par trois monitrices: la twirleuse Marine Baumer, la gymnaste Géraldine Ray et la judokate Marilyn Burnier. Les deux dernières seront amenées à prendre les rênes du camp dès l’année prochaine.

Effectifs complets

«Même si on est tous professeurs de sport, on a chacun nos spécialités. Cela nous permet de faire plein d’activités différentes», précise Blaise Brocard, au moment de détailler le plan de la semaine. Le judo, sous la férule de Marilyn Burnier, en est l’exemple parfait. La séance de la coach du JC Cheseaux a remporté un franc succès auprès des jeunes, issus de dix-sept clubs de la commune. Lundi, ils ont pu s’initier à ce noble sport à travers différents exercices d’immobilisation et des jeux sur les tapis de la salle des Isles. Un site qui est mis à disposition des moniteurs chaque jour de cette semaine. Avoir un toit permet, du même coup, de compter sur une solution de rechange, si les activités en plein air ne peuvent pas être effectuées à cause du mauvais temps. «Le bureau du Service des sports d’Yverdon-les-Bains nous facilite grandement la partie pratique», souligne, reconnaissant, Blaise Brocard.

Le succès du camp d’été se confirme d’année en année. «Pour cette édition, on a malheureusement dû refuser du monde. Cela prouve que les enfants sont satisfaits et que notre camp est attractif», lance, avec une pointe de fierté, son organisateur. Cette année, ils sont 44 de tous horizons sportifs à suivre le programme concocté. Un camp populaire, mais tout de même réservé à des jeunes ayant de bonnes capacités physiques, comme le souligne l’enseignant du CPNV. En effet, il est demandé aux sociétés de proposer les membres jugés comme étant les plus méritants. «L’esprit sportif», c’est ce qu’essaient de mettre en avant les moniteurs à travers leur enseignement tout au long de la semaine. «Pour être un excellent sportif dans une discipline, il faut également être bon ailleurs», glisse Blaise Brocard, qui prône l’importance de la polyvalence.

Florian Charlet