Logo

Victoire s’en va combattre en Valais

5 mai 2017 | Edition N°1990

Essertines-sur-Yverdon – La jeune vache de Sylvain Blanchard a été sélectionnée pour participer à la finale nationale des combats de reines à Aproz (VS) ce week-end. Et elle peut partir confiante, puisqu’elle a remporté toutes ses batailles.

A 5 ans, Victoire, la vache d’Hérens de Sylvain Blanchard n’hésite pas à asséner le coup de grâce à ses adversaires. ©Carole Alkabes

A 5 ans, Victoire, la vache d’Hérens de Sylvain Blanchard n’hésite pas à asséner le coup de grâce à ses adversaires.

Impossible de ne pas être impressionné en découvrant Victoire et sa masse de muscles, sa peau d’un noir corbeau et sa petite cloche qui apporte un petit côté folklorique. Cette vache d’Hérens, c’est la star de Sylvain Blanchard, agriculteur d’Essertines-sur-Yverdon. Mais ne vous y fiez pas, cette femelle, âgée de cinq ans, est une reine de combat. Et pas n’importe laquelle, puisqu’elle a été sélectionnée pour participer à la finale nationale qui se déroulera ce week-end à Aproz (VS). Rencontre.

 

Sylvain Blanchard, comment vous sentez-vous à quelques jours de la compétition ?

Je suis tendu, comme à chaque finale. C’est ma troisième depuis que j’ai débuté, en 2007, avec mon papa.

 

Est-ce que ce match sera comme les autres ou est-il spécial ?

La particularité, c’est que, malgré le fait que Victoire ait été sélectionnée pour la finale des reines, j’ai choisi de ne pas l’inscrire. Du moins, pas dans la plus haute catégorie. Elle se battra samedi avec celles de son âge.

 

Pourquoi avoir fait ce choix ?

Je ne voulais pas qu’elle se fasse mal, car elle n’a que 5 ans, c’est très jeune pour inscrire une vache à ces combats nationaux. Normalement, elles ont au minimum 7-8 ans. Je dois être l’un des seuls de la compétition à avoir inscrit une reine si jeune. Si je m’en foutais du bétail, je l’aurai envoyée à la lutte, mais je ne veux pas qu’elle s’abîme. C’était un choix difficile, parce que le but d’un éleveur c’est de gagner les combats.

 

Les vaches plus âgées sont-elles plus violentes ?

Non, mais elles sont plus lourdes et ont plus d’expérience.

 

Comment acquièrent-elles de l’expérience ?

En été, lorsqu’elles vont à l’alpage, parce que c’est là qu’elles luttent entre elles. Elles vont constamment tenter de prendre la place de cheffe, et même s’il y a un mâle. Après, bien sûr, le caractère fait beaucoup.

 

Quel est celui de Victoire ?

Elle est posée et elle tient bien la lutte. Et, contrairement à d’autres qui n’arrivent pas à donner le coup de grâce, Victoire va jusqu’au bout.

 

A-t-elle déjà été vaincue ?

Non, pour l’instant elle a remporté les trois matches auxquels elle a participé. Elle a donc le potentiel et l’ego d’une championne.

 

Qui seront ses adversaires ?

Ce sont toutes des jeunes vaches qui n’ont pas dû se battre dans les tours éliminatoires avant de se présenter à la finale de samedi.

 

Victoire part donc avec un avantage certain ?

Logiquement, oui, elle devrait être la meilleure, mais tout dépend des vaches contre qui elle devra se battre, car elles ont toutes leur style.

 

Quel est celui de Victoire ?

Elle, elle attend que les autres viennent vers elle. Elle ne va pas se fatiguer pour rien ! Mais ce qui est sûr, c’est qu’elle n’hésite pas à faire de sales coups.

 

Bornéo n’existe plus

 

Bornéo et Christian Gonin. ©Duperrex-a

Bornéo et Christian Gonin.

La vache d’Hérens de Christian Gonin, qui avait décroché la deuxième place à la finale nationale de la race d’Hérens l’an dernier, n’est plus de ce monde. «J’ai dû la faire abattre parce qu’elle avait un problème de hanche», explique cet autre agriculteur d’Essertines-sur-Yverdon.

 

Alors, c’est sans la star de son étable que Christian Gonin a participé, pour la quatrième fois, aux combats de qualifications au Châble (VS). En avril dernier, il a présenté deux bêtes : Vollèges, qui a été refusée, car elle n’était pas portante et n’avait pas vêlé après le 1er septembre 2016 ; et Flamenco, déstabilisée par un coup dans l’œil, a perdu le combat de qualification.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Christelle Maillard