Logo

Xamax et Gomes, le parcours commun

17 août 2018 | Edition N°2312

Le latéral passé par Yverdon Sport en début de carrière a participé à la remontée jusqu’à l’élite de son club formateur.

Yverdon Sport évoluait encore en Challenge League. Sa dernière saison au deuxième niveau national avant la culbute. Mike Gomes n’avait, lui, que 21 ans. Le Neuchâtelois avait été prêté une saison par Xamax à l’équipe dirigée par Stefano Maccoppi, puis Vittorio Bevilacqua. «Je sortais d’une saison où j’avais peu joué en Super League, j’étais jeune et m’étais blessé», se souvient le latéral qui, depuis, a participé à l’extraordinaire retour au sommet du club de la Maladière.

Son passage à Yverdon n’avait pas été de tout repos, compte tenu des mauvais résultats. Néanmoins, l’expérience lui a permis d’accumuler du temps de jeu, de parfaire son apprentissage. «J’en garde un bon souvenir, malgré la relégation. Et j’y avais rencontré des personnes avec qui je garde encore des contacts aujourd’hui: Mustafa Sejmenovic, bien sûr, mon actuel coéquipier, mais aussi Andy Laugeois et Pascal Oppliger, par exemple.»

De la campagne à la ville

Depuis, Mike Gomes a accompli un sacré parcours. Il a connu la période Chagaev à Xamax, la faillite des rouge et noir, une parenthèse d’une saison à Servette, puis le retour à Neuchâtel, alors que l’équipe venait d’être promue de 2e inter en 1re ligue. Le début d’un nouveau défi, d’une carrière différente, d’une nouvelle réalité aussi. Celle des petits terrains villageois, du foot amateur. «Le club repartait de presque rien. Je travaillais à 90% à côté du foot et l’entraînement devait être à 18h30, se souvient-il. On a toujours pu compter sur nos supporters, qui nous ont suivis partout. Et puis, on a vécu de superbes finales contre Baden, lors desquelles on a obtenu la promotion en prolongations.»

Inarrêtable, Xamax n’a ensuite passé qu’une saison en Promotion League, pour retrouver le deuxième échelon national en 2015, trois ans et demis et trois ascensions après la faillite de janvier 2012. «Les choses se sont rapidement bien passées en Challenge League. On a terminé 2es derrière Lausanne dès la première année, puis 2es derrière Zurich la suivante. La troisième tentative a été la bonne. La saison dernière, on a connu un championnat incroyable. Il y avait 9000 personnes au stade pour le retour en Super League, raconte, ému, Mike Gomes. Nous revoilà dans la cour des grands.»

Des nombreux joueurs qui ont participé à cet incroyable retour sur le devant de la scène depuis la faillite, il ne reste plus que lui, Charles André Doudin et Laurent Walthert. «Honnêtement, on n’imaginait pas qu’en 2018 on se retrouverait déjà en Super League, soutient le footballeur formé à Hauterive et à Xamax. Quand je suis revenu au club, j’en rêvais, mais je ne pensais pas que j’y rejouerais moi. J’ai vraiment commencé à y croire dès notre première saison en Challengue League. Je suis très fier de ce qu’on a accompli jusqu’ici et, désormais, j’ai envie d’aider le club à se maintenir au plus haut niveau.»

Développement dans notre édition papier.

Manuel Gremion