Logo

Xavier Dobbelaere, bien plus qu’un simple entraîneur

27 mars 2019 | Edition N°2465

Arrivé en début d’année au RC Yverdon, le Doubien de 45 ans occupe non seulement le poste de coach-assistant de la première équipe des Gryffons, mais porte aussi la casquette de coordinateur du club des Vuagères, dont il aura la tâche de développer parallèlement les infrastructures et la formation.

Nés de l’entente entre les clubs de Neuchâtel et d’Yverdon-les-Bains, les Gryffons, néo-promus en LNA, pointent à l’avant-dernier rang du championnat. A l’heure de la reprise ce week-end, l’équipe dirigée par Gilles Cerede compte sur un nouvel assistant, Xavier Dobbelaere, engagé par le RCY pour remplacer Manu Bahoken. Rencontre avec le Doubien de Nods, dernier arrivé aux Vuagères.

Xavier Dobbelaere, la première équipe reprend samedi (à 15h à Colombier) contre le CERN, l’actuel relégable. Un match déjà crucial dans l’optique du maintien.

Ce pourrait même être le tournant de la saison. Au premier tour, l’équipe a perdu face aux Genevois. Pourtant, pour demeurer en LNA, il sera primordial de battre nos concurrents directs. A mes yeux, il est d’ailleurs impératif que les Gryffons continuent d’évoluer au plus haut niveau suisse à l’avenir, afin de conserver une certaine aura, nécessaire à tous les niveaux, et notamment pour notre projet de développement au sens large.

Depuis votre arrivée en janvier, quel message essayez-vous de transmettre à vos troupes?

Je suis déjà venu voir jouer l’équipe en novembre dernier et j’avais alors pu discuter avec l’entraîneur principal, Gilles Cerede, de sa vision du jeu à produire. La notion de mouvement général est au cœur de notre philosophie et, par conséquent, on oriente le contenu des entraînements sur cette notion, ainsi que sur l’amélioration de l’organisation défensive. Ce mouvement général, sorte de rugby total avec de nombreuses courses de tous les joueurs et un ballon toujours actif, doit permettre de scorer régulièrement dans les temps forts. C’est un jeu qui est difficile à lire pour les adversaires et que l’on essaie d’inculquer à nos hommes.

Les Gryffons ont remporté leurs deux matches amicaux disputés ce mois-ci, contre Avusy (19-5) et La Chaux-de-Fonds (52-7), des formations de LNB. Qu’en avez-vous pensé?

On est dans une bonne dynamique au sortir de ces deux rencontres. Celle du week-end dernier, contre La Chaux-de-Fonds, a été concluante. Après une entrée en matière compliquée, on a produit beaucoup de mouvement et inscrit huit essais. Début mars, l’équipe a participé à un stage de quelques jours à Montpellier, qui a permis de resserrer les liens. Je sens une bonne énergie.

Par contre, malgré l’entente entre les deux clubs, l’effectif est peu fourni.

Bien qu’on ait de nombreux noms sur nos listes respectives, on aimerait bien compter sur plus de joueurs véritablement actifs. La situation est problématique pour pouvoir aligner deux équipes (ndlr: une obligation pour les clubs de LNA) chaque week-end.

Existe-t-il un moyen d’y remédier?

On souhaite amener un style de jeu attractif et que les joueurs prennent du plaisir à l’entraînement, afin que cela leur donne envie de participer. Il faut dire qu’on sort de la période hivernale, en salle, qui n’est pas évidente. Cela ne fait que trois semaines que l’on est sur le terrain.

Développement dans notre édition papier.

Manuel Gremion