Logo

YS a même pu en garder un peu sous la semelle

8 avril 2019 | Edition N°2473

Football – Promotion League verdon Sport a très facilement disposé de Bavois (3-1) lors du second et dernier duel nord-vaudois de la saison. La série des derbies vaudois a commencé idéalement pour les Yverdonnois.

Le premier constat est implacable: les deux derbies nord-vaudois de la saison ont manqué de saveur. Le premier s’était achevé sur un terne 0-0 aux Peupliers, au mois de septembre. Le second, Yverdon Sport l’a très (trop) facilement remporté 3-1 samedi sur son terrain. Un peu parce que les Yverdonnois ont marié rigueur, concentration et quelques schémas offensifs bien imaginés. Beaucoup parce que Bavois n’a de loin pas affiché le sérieux et l’euphorie qu’on lui connaît habituellement lors de ce genre de matches. Timothie Zali, dont la remarquable saison n’est pas à remettre en question, s’est rendu coupable d’erreurs qui ont conduit aux deux premiers buts yverdonnois, tandis que Fabio Lo Vacco a vu rouge dès la 47e pour deux cartons jaunes qui peuvent être jugés sévères, mais aussi tout à fait évitables.

Il n’est pas question de vendre au rabais le succès d’Yverdon Sport. Déjà parce que celui-ci n’était clairement pas garanti au coup d’envoi, face à un FCB en pleine bourre et après son non-match à Breitenrain sept jours plus tôt. Ensuite parce qu’YS a fait ce qu’il devait. À savoir profiter des erreurs adverses, ce qu’ont magnifiquement réussi Alessandro Ciarrocchi (buteur sur le 1-0, puis passeur sur le 2-0) et Ridge Mobulu (passeur puis double buteur), puis gérer le score. Et autant dire que, mis à part lorsqu’un coup franc d’Alex Gauthier a atterri sur le poteau de Kevin Martin, Yverdon n’a strictement jamais tremblé. Si bien que les hommes d’Anthony Braizat ont même pu en garder un peu sous la semelle pour les prochaines échéances importantes qui pointent, face à Nyon et Stade-Lausanne.

Un peu minimalistes

C’est d’ailleurs le seul reproche qu’on peut exprimer à cet YS-là: ne pas avoir marqué d’une pierre blanche ce duel nord-vaudois, comme avait pu le faire Bavois la saison dernière, en pliant le match aller en vingt minutes et en s’imposant 4-1 avec fracas. Ou, même, comme l’avaient réussi les Yverdonnois il y a onze mois, lors de la dernière apparition de Djibril Cissé au stade municipal (nette victoire 3-0). Après une grosse demi-heure samedi, les conditions étaient pourtant réunies: un score largement positif (2-0), un adversaire dans les cordes et un public qui ne demandait qu’à s’enflammer. Florian Berisha et ses partenaires ont plutôt choisi de poser le pied sur le ballon. Si ça peut leur permettre d’arriver dans de meilleures conditions samedi à Nyon, tant mieux. En tout cas, lors des séquences où ils ont accéléré, les Yverdonnois ont laissé une impression intéressante.

Se battre ou se laisser aller

Pour sa part, Bavois a sauvé les apparences au tableau d’affichage dans les arrêts de jeu. Astor Kilezi a obtenu un penalty qu’Adrian Alvarez a transformé, marquant du même coup son quinzième but de l’exercice pour le 3-1 final. Au rayon des satisfactions, il faut également citer Luis Pimenta. Même si son abattage n’a pas abouti à grand-chose collectivement, le buteur a su garder les ballons devant et n’a jamais rechigné à reculer pour aller les demander quelques mètres plus bas. Exactement ce que le FCB attend de son no 9, qu’il se nomme Pimenta, Kilezi ou Kasaï.

Reste que l’équipe de Bekim Uka a livré son plus mauvaise match depuis longtemps et que ce revers fait resurgir les souvenirs de la fin de saison disputée sur un pied et sans envie l’an dernier. Ce groupe a néanmoins évolué et peut légitiment viser une place dans la première moitié du classement, voire même certainement dans le premier tiers. Pas plus tard que deux jours avant le derby, un joueur assurait que l’équipe était focalisée sur la 3e place, synonyme de qualification directe pour la Coupe de Suisse, et que cela représenterait un formidable accomplissement pour le «petit» FC Bavois. Alors il faut vraiment espérer que la prestation de samedi reste une exception dans une saison brillante, et que les Bavoisans rêvent de la venue d’une équipe de Super League aux Peupliers plutôt que des palmiers et du sable fin de leur prochaine destination de vacances.

 

Yverdon Sport – Bavois 3-1 (2-0)

Buts: 10e Ciarrocchi 1-0; 36e et 85e Mobulu 3-0; 92e Alvarez, pen. 3-1.

Yverdon: Martin; Gudit, Le Neün, Marque, Zeneli; Ndzomo; Maroufi (68e Eleouet), Berisha, Fargues (79e Hamadi), Mobulu; Ciarrocchi (76e Pacar). Entraîneur: Anthony Braizat.

Bavois: Enrico; Kurtic, Zali, Bühler, Cuénoud (74e Martins); Bovay (58e Djalo); Lo Vacco, Alic; Alvarez, Pimenta, Gauthier (82e Kilezi). Entraîneur: Bekim Uka.

Notes: stade municipal, 844 spectateurs. Arbitrage d’Yves Dégallier, qui avertit Lo Vacco (8e, jeu dur), Le Neün (49e, antijeu), Ndzomo (57e, jeu dur), Marque (71e, réclamations). Expulsion: Lo Vacco (47e, antijeu, deuxième avertissement).

 

Réactions dans notre édition papier

Florian Vaney