Logo

YS confond Brandons et braderie

13 mars 2017 | Edition N°1953

Football – 1re ligue – Les hommes de Philippe Perret ont manqué le cortège, auteurs d’une prestation de toute petite facture sur leur pelouse, samedi dernier. Ils ont été battus 1-0 par Azzurri Lausanne et ont perdu la tête.

Yverdon Sport a été accroché par la formation lausannoise. ©Champi

Yverdon Sport a été accroché par la formation lausannoise.

Le leader n’est pas encore revenu des vacances d’hiver. Samedi, Yverdon Sport a perdu 1-0 contre un Azzurri 90 Lausanne appliqué. Les Yverdonnois, qui ont d’ailleurs perdu la première place dans l’aventure, ont proposé une bien piètre copie à l’assistance du Stade Municipal, incapables de revenir après l’ouverture du score rapide des visiteurs.

Entreprenants en début de rencontre, les Lausannois ont vite surpris leurs vis-à-vis. Un centre de Rodriguez a été intelligemment remis par Brahimi à Begzadic, seul au point de penalty. L’ancien attaquant d’YS ne s’est pas fait prier pour tromper le gardien Brenet, préféré à Zwahlen, et dont c’était la première titularisation avec sa nouvelle formation. «On a marqué à un bon moment, estimait «Misko» Bozic, le demi chavornaysan des Azzurri, débarqué de La Sarraz durant le dernier mercato. Ensuite, on a souffert. C’était chaud !» Mais les «Azzu», même réduits à dix après l’expulsion d’Elefante à l’heure de jeu, ont tenu. Il faut dire qu’ils ont été bien aidés par des Nord-Vaudois peu inspirés, malgré une évidente domination territoriale. «Face à un adversaire bien en place, on n’a pas réussi à trouver des passes vers l’avant. Il nous a manqué de la vitesse», soulignait le latéral yverdonnois Patrick Cazzaniga. «Pour marquer, il faut de la qualité dans les gestes. On a eu beaucoup de déchet dans les centres, on a joué dans un entonnoir», renchérissait l’entraîneur Philippe Perret. Deux réactions qui illustrent parfaitement la prestation d’YS, stérile.

Yverdon a souvent réussi a débloquer les situations compliquées, durant le premier tour, grâce aux balles arrêtées. Cela a failli être à nouveau le cas. Dia, par deux fois (11e et 64e), est passé près d’égaliser sur corner. Plus ennuyeux, il n’y a eu qu’une véritable occasion claire obtenue dans le jeu. Seul à l’entrée des seize mètres, le centre-avant yverdonnois Rushenguziminega a allumé les étoiles (80e).

La défaite et l’abandon de la tête du classement ne sont pas les deux seules mauvaises nouvelles du week-end pour la formation de la Cité thermale. Les «Verts» ont perdu deux hommes, Moussilou et Elouet, tous deux touchés à une cuisse. Le premier, entré à la mi-temps pour Gauthier, s’est blessé à sa première accélération et a dû jeter l’éponge. Le second est sorti quelques instants plus tard. Il y a des jours où pas grand-chose ne va…

Pour sa première rencontre à domicile depuis la reprise, Yverdon Sport n’a pas franchement rassuré les observateurs, même si un nul n’aurait pas été volé et que la situation au classement reste très favorable. La défaite est une chose, la manière une autre. Une réaction est attendue rapidement (samedi prochain, YS recevra Schötz dans le cadre des qualifications de la Coupe de Suisse), sans quoi l’orage risque de gronder fort. «On reste unis, tenait à rassurer Patrick Cazzaniga. On ira chercher les trois points au prochain match de championnat.»

Yverdon Sport – Azzurri Lausanne 0-1 (0-1)

Buts : 6e Begzadic 0-1. Yverdon : Brenet ; Reis, Schertenleib, Dia, Cazzaniga ; Eleouet (57e Ruchat), Chappuis, Gudit, Deschenaux ; Gauthier (46e Moussilou, 54 Khelifi), Rushenguziminega. Entraîneur : Philippe Perret.

Azzurri : Sahingoz ; Ciavardini, Lekiqi, Elefante, Cuénoud ; Bozic, Gasic (46e Galokho); Chergui, Brahimi, Rodriguez (83e Coendet); Begzadic (63e Ndiaye). Entraîneur : Patrick Isabella.

Notes : Stade Municipal, 460 spectateurs. Arbitrage de Simon Roth, qui avertit Rushenguziminega (12e, jeu dur), Begzadic (42e, jeu dur), Gudit (44e, jeu dur), Elefante (53e, jeu dur), Rodriguez (69e, jeu dur), Cazzaniga (82e, faute d’antijeu), Chappuis (84e, faute d’antijeu). Expulsion : Elefante (61e, deuxième avertissement, jeu dur).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Manuel Gremion