Logo

Yverdon Sport sombre à Tourbillon

9 avril 2018

Samedi cauchemardesque pour YS, balayé 5-1 par Sion II pendant que Kriens remportait le choc au sommet face à Nyon. Les deux premières places sont à huit et neuf points et il reste sept journées.

L’espoir d’une ascension en Challenge League aurait pu mourir lors de cette incroyable défaite face à Köniz (Yverdon Sport menait 3-1 avant d’encaisser trois fois dans les cinq dernières minutes), en novembre dernier, et être définitivement enterré une semaine plus tard à Kriens (revers 2-1). YS semblait avoir accepté son sort et les discours entendus durant la trêve hivernale, s’ils se voulaient tous optimistes, peinaient à masquer la clarté de la situation.

Et puis le football, bien aidé par les défaites à répétition de Kriens et les bruits insistants selon lesquels la deuxième place du classement pourrait également valoir une promotion – dans l’hypothèse où une seconde équipe de Challenge League, en plus de Wohlen, n’obtiendrait pas sa licence pour la deuxième division nationale –, a décidé de donner une seconde chance aux Yverdonnois. La règle pour la saisir? Se montrer irréprochable au niveau de l’attitude et de la concentration lors de chaque rencontre du second tour. Jusqu’ici, sans toujours être étincelants pour autant, François Marque et ses camarades avaient répondu aux attentes.

A Sion, samedi, tout a volé en éclats (défaite finale 5-1). Le don de soi, la capacité à faire le dos rond pendant les temps faibles, la sérénité, la solidité de la charnière centrale: tout! «On n’était pas prêts. Physiquement, mentalement et dans tous les domaines. On ne s’est pas mis dans les conditions pour présenter mieux que la faible prestation qu’on a réalisée», a très lucidement analysé le milieu défensif Djamal Bindi. Dans les faits, les Nord-Vaudois, dirigés par l’entraîneur-assistant Marcos Carballo en l’absence d’Anthony Braizat, en France pour ses diplômes UEFA, se sont fait transpercer à cinq reprises, dont quatre fois sur des erreurs individuelles difficilement excusables. Tant De Pierro (1-0, 5-1) que Matukondolo (2-0) et Caslei (3-0) ont glissé avant de laisser un boulevard à leur opposant. On conçoit que cela puisse arriver une fois, surtout pour le premier nommé qui effectue une saison très convaincante. Quatre, en revanche…

L’affaire semble entendue

Kriens s’étant adjugé le choc au sommet face à Nyon, l’écart entre YS et les deux leaders se monte désormais à huit et neuf points, alors qu’il n’en reste que 21 en jeu. Et comme plus aucune confrontation directe entre les trois équipes ne sera jouée, l’affaire semble entendue. Les Verts retenteront leur chance dès l’été prochain. Cette saison, la marche était un peu haute. Et le constat n’a absolument rien d’infamant.

Reste que la saison ne s’est arrêtée pour personne avant-hier. C’est vrai pour les dirigeants du club, et ça l’est encore davantage pour les joueurs. Cet été, les places dans l’effectif de la première équipe se monnaieront cher. Beaucoup de changements pourraient être à prévoir, quelle que soit la division dans laquelle Yverdon Sport évoluera. Résultat: ceux qui ont l’intention de continuer l’aventure avec le maillot yverdonnois sur les épaules vont devoir montrer qu’ils en sont dignes. Et autant dire que les prestations aperçues à Tourbillon n’ont pas impressionné grand monde.

Sion II – Yverdon Sport 5-1 (3-0)

Buts: 34e Medja 1-0; 38e Yartey 2-0; 41e Almeida 3-0; 49e Da Costa 4-0; 68e Cissé, pen. 4-1; 88e Yartey 5-1.

Sion: Berchtold; Epitaux, Bamert, R. Ferreira, B. Ferreira; Yartey, Medja, Ocakli, Constant (71e Bertelli); Almeida, Da Costa (86e Khasa). Entraîneur: Sébastien Fournier.

Yverdon: Da Silva; Matukondolo, De Pierro, Marque, Tavares; Gudit, Bindi, Caslei (46e Cissé); Lenzini, Rushenguziminega, Deschenaux (46e Marazzi, 65e Eleouet). Entraîneur: Marcos Carballo.

Notes: Stade de Tourbillon, 80 spectateurs. Arbitrage de Sandi Bosnic, qui avertit Lenzini (29e, jeu dur), Deschenaux (30e, antisportivité), Cissé (51e, réclamations), Gudit (53e, réclamations), Bamert (54e, antijeu), Marque (61e, réclamations), Matukonodolo (81e, jeu dur), Ocakli (82e, jeu dur).

Florian Vaney