Logo

Il veut reconnecter les corps grâce à l’activité physique

20 mai 2019 | Edition N°2501

Bullet – Benoît Thévenaz, tétraplégique à la suite d’un accident de motocross, a réalisé son rêve vendredi. Il a inauguré un centre de sport ouvert au public.

Les deux mains appuyées sur son déambulateur, Benoît Thévenaz se déplace lentement, sous le regard attentif de sa famille et de ses amis, venus nombreux à l’occasion de l’inauguration officielle de son centre sportif, vendredi. Chaque pas représente une petite victoire.

Grâce au coaching personnalisé de Clément Mercier, Benoît Thévenaz continue de progresser. Chaque mouvement est une petite victoire. ©Michel Duperrex

Tétraplégique à la suite d’un accident de BMX en 2005, le jeune homme de Bullet a en effet réalisé l’un de ses rêves: permettre à tout un chacun, et plus particulièrement aux personnes souffrant d’un handicap physique, de lésions liées à une atteinte de la moelle épinière ou de pathologie chronique, de profiter de cet espace pour améliorer sa condition physique avec un conseil personnalisé.

«Au début de mon handicap, le fait de ne plus pouvoir sentir mon corps, c’était un sentiment très douloureux pour moi», confie Benoît Thévenaz. Pendant treize ans, le jeune homme a voyagé à travers le monde pour tester des méthodes de réadaptation physique. Accompagné par sa maman, Ginette, il a parcouru des kilomètres aux États-Unis, en Estonie, en Italie et au Vietnam, à la recherche de nouvelles thérapies. À ce jour, il peut mobiliser 20% de ses muscles.

Parallèlement, Benoît Thévenaz a continué à s’entraîner chez lui. D’abord dans une petite pièce de 20 m2, puis dans l’ancien kiosque de sa grand-mère, situé au centre du village. «À un moment donné, je m’entraînais à fond pendant de longues heures, dans l’espoir de remarcher un jour, explique-t-il. Mais c’était un peu trop pour moi et, moralement, c’était dur.»

Une rencontre décisive

Il y a trois ans, il a publié une petite annonce: «Jeune tétraplégique cherche un coach pour s’entraîner.» Son message a suscité la curiosité et l’intérêt de Clément Mercier, un jeune homme âgé de 27 ans, titulaire d’un master en activité physique adaptée. Depuis leur rencontre, le coach sportif a accompagné quelques personnes en situation de handicap (lire encadré).

Petit à petit, l’idée d’ouvrir un centre sportif ouvert à tous a fait son chemin. Avec Max Regeneration Center, c’est désormais chose faite. Grâce à la Fondation suisse pour paraplégiques (FSP), Benoît Thévenaz a obtenu un soutien financier pour l’aménagement des toilettes. Quant au reste des installations sportives, elles ont été financées en majeure partie par la piste de cross qu’il gère aux Rogneux et par le Charity Race, une course de motocross dont la prochaine édition aura lieu les 29 et 30 juin prochain, à Bullet.

__________________________________________________________________________

«On m’avait déconseillé de faire du sport»

Deux fois par semaine, Pamela Ruga monte en transports publics  jusqu’à Bullet pour profiter des précieux conseils de Clément Mercier. «Qu’il fasse beau, qu’il pleuve ou qu’il neige, pour rien au monde, je ne renoncerais à mon entraînement», confie la jeune femme atteinte d’une myopathie dégénérative. Âgée de 26 ans, Pamela Ruga se déplace en chaise roulante. «Les médecins m’avaient déconseillé de faire du sport, raconte-t-elle. Pourtant, cela fait six ans que je viens ici et ma maladie n’a pas évolué. Au contraire, cela me procure beaucoup de bien-être.»

Valérie Beauverd