Logo
A l’assaut de la Challenge League!
PHOTO: OLIVIER ALLENSPACH/FLASHPRESS

A l’assaut de la Challenge League!

15 mai 2021

Yverdon Sport a quitté la Challenge League le 25 mai 2011. Dix ans après, il compte les jours (les heures?) jusqu’à son retour officiel dans le monde professionnel. Dès ce samedi contre Cham? Possible.

3639 jours. Dix ans. Une éternité. Ce 25 mai 2011, YS quittait tristement la Challenge League, lors d’un match qui est entré, paradoxalement, dans l’histoire récente de son adversaire, le Servette FC. Devant 3450 spectateurs, les Grenats sont venus battre YS 2-0 et valider leur ticket pour des barrages épiques (et victorieux) face à Bellinzone. Les fans du SFC parlent encore aujourd’hui avec émotion de ce déplacement mythique au stade municipal, tandis que ceux d’YS n’attendent qu’une chose depuis ce jour-là: retrouver le monde professionnel.

Yverdon Sport est passé par quelques moments sombres depuis cette date, avec des défaites humiliantes face à des adversaires qu’il ne pensait même pas avoir à rencontrer quelques années plus tôt. Comment expliquer qu’un club finaliste de la Coupe de Suisse, vainqueur de GC et Bâle à la régulière dans son histoire nationale, puisse aller s’incliner 4-1 à Bavois, là aussi tout à fait à la régulière? Les Verts ont même dû subir l’affront de voir les voisins vaudois que sont Le Mont et Stade-Lausanne accéder à cette Challenge League dont ils ne pouvaient que rêver au lointain.

Et puis, Mario Di Pietrantonio a donné le coup d’accélérateur et trouvé la bonne formule pour, déjà, quitter cette 1re ligue, une tâche plus compliquée qu’il n’y semblait de prime abord. La mission a été accomplie le 10 juin 2017 avec une démolition en règle du FC Gossau (4-0 devant 1014 spectateurs) et, depuis, la Challenge League est devenue un objectif, en même temps qu’une obsession.

Troisième en 2018, deuxième en 2019, premier en 2020, battu seulement par le Covid, YS a progressé de manière cohérente et logique jusqu’à construire le triomphe de 2021, cette promotion qui sera officielle dans les heures à venir, au mieux, dans les jours à venir, au pire. Enfin, YS va retrouver le monde professionnel avec encore plus de mérite qu’à l’époque, puisqu’il a quitté une Challenge League à seize équipes pour en retrouver une à dix.

Pour que l’affaire, qui ne fait plus aucun doute, soit officielle à 100% dès ce samedi, YS devra battre Cham (coup d’envoi à 17h30 au stade municipal devant 100 spectateurs) et il faudra que Carouge (12 points de retard) ne gagne pas à Rapperswil (14 points de retard). Dans le cas où Carouge gagnait et YS aussi, Yverdon compterait douze points (et 30 buts d’avance…) à quatre journées de la fin. La fête ne serait alors pas encore tout à fait officielle, mais simplement reportée.

 

Mustafa Sejmenovic, symbole de cet Yverdon Sport conquérant et humble

 

Seul rescapé de cette époque dans l’effectif nord-vaudois, Mustafa Sejmenovic fait office de trait d’union entre 2011 et 2021, et il faudra bien dire, ou écrire, un jour, la trace immense que le défenseur laissera dans l’histoire de son club, de sa ville.

Même s’il est parti faire sa carrière à Bienne et à Xamax, ce que personne ne peut même penser à lui reprocher, l’Yverdonnois est revenu à la première occasion, quittant même la Super League avec Xamax pour revenir porter YS vers la Challenge League. Il faudra un jour mesurer pleinement la portée de ce geste, tant Mustafa Sejmenovic incarne mieux que quiconque cet Yverdon Sport conquérant et performant sur le terrain, tout en délivrant de vraies valeurs d’humilité et d’extrême correction en dehors.

Qui mieux que Mustafa Sejmenovic, au fond, incarne ce Nord vaudois travailleur, mais pas dénué de talent? Ce Nord vaudois qui sait profiter des richesses de l’immigration, en faisant de ces enfants des Balkans des citoyens à part entière de leur terre d’accueil, et qui fait même de leur représentant le fier capitaine de sa meilleure équipe de football?

Mustafa Sejmenovic soigne une petite blessure aux adducteurs et ne sera pas sur le terrain samedi, mais il devrait être de retour pour les derniers matches de la saison, afin de mener encore une fois ses troupes, que la promotion soit formellement acquise ou non. A 35 ans, repartira-t-il pour une saison de Challenge League, une division qu’il connaît par cœur puisqu’il en est le recordman des matches disputés (402)? Tout Yverdon Sport espère que ce sera le cas.

Tim Guillemin